Archives de catégorie : Les films des habitants

Tous les films faits avec les habitants

Mener un combat contre l’injustice

Vidéo HD, couleur, documentaire, 26′, 2018

Pour les nouveaux arrivants européens à Montpellier, en situation de précarité et de discrimination liée à l’origine, la question du logement est problématique. Beaucoup se retrouvent à la merci de marchands de sommeil, comme dans la résidence Font del Rey à la Paillade, un quartier prioritaire de Montpellier.

Pour eux, c’est le parcours du combattant, une bataille à tous les niveaux pour sortir d’un logement indécent qu’ils paient cher. Ne parlant pas français, travaillant en intérim, ces personnes sont vulnérables et n’ont pas accès à leur droit le plus fondamental.

Le film montre comment un système se met en place à la Paillade (QPV) alors qu’il ne devrait pas exister.Avec l’appui de 2 associations du quartier, Tin Hinan et Habiter Enfin, les habitant.e.s vont batailler, multiplier les démarches en utilisant le droit commun pour contraindre le propriétaire à faire les travaux de rénovation nécessaires ou pour quitter cette sinistre résidence. Outre les démarches personnelles visant à accéder à un logement décent, il s’agit aussi de faire connaître cette situation afin qu’elle ne se reproduise plus.

Note d’intention :

Faire ce film pour :

  • l’espoir ;
  • trouver un moyen d’être entendu ;
  • faire voir la souffrance et la galère liées au logement ;
  • aider à améliorer les conditions de vie ;
  • que cette situation ne se reproduise plus ;
  • faire connaître le droit ;
  • mettre en lumière le travail de Tin Hinan et d’habiter enfin ! Sans eux on ne saurait pas quoi faire ni comment faire.
  • montrer que le droit n’est pas opérationnel si les habitant.e.s et les associations ne sont pas appuyés.

Contexte du film :

En 2015, l’association Tin Hinan a orienté vers Habiter Enfin plusieurs familles de la Résidence Font Del Rey afin d’effectuer des dossiers DALO pour des problèmes de sur-occupation et d’indécence des logements.

Après avoir consulté les nombreux rapports du service d’hygiène indiquant des infractions au RSD et constaté l’état déplorable des parties communes et des logements, l’association Habiter Enfin a réuni les familles afin de réfléchir à des démarches communes pour répondre à leurs demandes de relogement et pour contraindre le propriétaire à effectuer des travaux.

Ils ont contacté les différents partenaires institutionnels compétents en matière de logement et de décence ainsi que notre association pour faire un film co-construit sur cette thématique.

Contact : Pascal Biston, 06 71 71 65 18 /lesziconofages@free.fr

Ce projet a été réalisé grâce au soutien de :

Bulles de Vies

Vidéo HD, couleur, 21’, documentaire, 2019

Synopsis :

L’ouverture du centre social autogéré Bonnard a permis à de nombreuses personnes issues d’horizons diverses d’avoir un toit. Ici, des familles des quatre coins du monde s’entraident dans la récupération de denrées alimentaires, dans la rénovation de l’habitat, dans la récupération et la remise en état d’objets de seconde main. Au milieu de ça, des enfants jouent et vont à l’école. Ce lieu socialisé est une fabrique d’émotions, de rencontres, de générosités et c’est les gens qui le vivent qui le montrent le mieux.

Par ce film, les habitants nous expliquent leurs parcours si différents mais qui convergent vers cet espace. Un lieu sans argent mais tellement riche dans sa convivialité.

Note d’intention :

En avril 2019, nous avons été mobilisés au CSA Bonnard pendant 48h pour rencontrer les habitants du lieu et co-construire ce film tant dans ses dimensions techniques que dans la définition de ses objectifs.

Les habitants ont voulu, tout en parlant de leur parcours, montrer les différentes facettes de ce lieu pour casser l’image souvent négative associée aux « squats », partager leur joie de vivre même dans de dures conditions et expliquer la façon dont fonctionne le centre social autogéré.

Les objectifs des résidents du CSA :

  • Partager la joie de vivre dans un lieu comme celui-là
  • Expliquer ce qu’est ce lieu
  • Montrer la convivialité du lieu
  • Montrer un fonctionnement sans financement
  • Apprendre à filmer
  • Faire partager nos idées
  • Dénoncer les préjugés subis
  • Se connaître entre nous
  • Faire quelque chose, sortir du squat et côtoyer des européens
  • Vivre des émotions

Un film à montrer à :

– ceux qui viendraient plus tard s’installer ;

– ceux qui veulent aider ;

Contacts : Eléa Marini lesziconofages@free.fr 0622994919

Bulles de vies est un film outil Outils Vidéo participatifs financé par :

MA MAISON, MON CHÂTEAU, MON REFUGE

Vidéo HD, couleur, 21’, documentaire, 2019

Synopsis :

Le collectif Luttopia a lancé la logique de squat collectif suite au constat de carence des dispositifs d’urgence en 2014. Leurs objectifs sont de mettre à l’abri les gens à la rue, d’aider les résidents dans l’accès aux droits fondamentaux et de développer l’autonomie.
Dans le centre Uttopia 003, les habitants nous emmènent en visite guidée de leur maison, leur refuge, leur château, comme ils l’appellent. Ils disent leur chance d’avoir trouvé ce lieu et cette famille, leurs espoirs et leurs craintes face à l’avenir. Les Uttopiens, devant et derrière la caméra, ont choisi de dire leurs ressentis, de poser des mots sur les aspects positifs et ceux à améliorer pour faire maison commune.

Note d’intention :

Le collectif Luttopia avait envie de proposer à nouveau des ateliers audiovisuels dans le centre Uttopia 003, de montrer le travail social qui s’accomplit en ce lieu. Notre collaboration s’est faite à un moment où les résidents et organisateurs questionnaient l’implication des habitants dans le fonctionnement du lieu.

– Outil interne pour sensibiliser aux responsabilités et différentes tâches collectives à réaliser. Projection lors des AG par exemple.

– Outil externe pour :

– être accepté comme on est ;

– montrer ce que c’est de vivre dans la difficulté ;

– montrer quelqu’un qui ne peut pas couvrir ses premiers besoins.

 

Contact: Pascal Biston lesziconofages@free.fr 0671716518

Ma maison, mon château, mon refuge est un film outil Outils Vidéo participatifs financés par:

 

Fake-news et réalités à la ferme de la Condamine

 

9 films courts vidéos, Couleur, HD, 1 à 2

Avant la laitue, les détritus 1’31

La Condamine a un mécène, 1’08

La Condamine lance un crowfunding, 1’08

La Condamine vend sa production à un hypermarché 1’34

La Condamine passe à la traction animale 1’58

In vino veritas 1’22

Les p’tites mains de la Condamine 1’28

Scout toujours, Fucc un jour 1’39

La Condamine a construit son projet avec le soutien des Ziconofages 2’06

Synopsis :

En partenariat avec la Ferme Urbaine de la Condamine, Il s’agit de 9 films très courts de fakenews, rumeurs et aussi vraies informations où il faut deviner la part de faux dans chaque brève !

Note d’intention :

– se questionner sur les fakenews

– réaliser des fake (et vraies news) plutôt que de les subir

– animer le lieu en proposant de la culture lors d’évènements – les Sidérales

– appréhender le développement de la ferme depuis leur installation il y a 2 ans et les questions qui se posent

– Participer à un jeu et découvrir le lieu et le collectif. Comment on construit et déconstruit les discours ?

L’évènement : la sidérale du 12 juin 2019 :

Avec des indices ou des infos à glaner dans les jardins, dans des coins de la Ferme urbaine de la Condamine, auprès des gens du collectif ou de bénévoles et bien sur aussi sur les réseaux sociaux ou dans des vidéos tournés en amont et diffusé le soir sur place. A un moment dans la soirée on fait un pot commun, avec un échange autour des fausses et des vraies infos sur la question des rumeurs et des fake-news,…

Visionnage du 12 juin 2019 :

– sur les réseaux sociaux Facebook de la Ferme ou des Zicos

– un écran dans le jardin où on regarde, écoute des informations…

– un mur à expression pour déterminer le vrai du faux

Contacts : Pascal Biston lesziconofages@free.fr 0671716518

Fake-news et réalités à la ferme urbaine de la Condamine sont des films courts outil Outils Vidéo participatifs financés par :

Luttopia vivra et Suis-je Si rien?


LA VIE PARTAGEE DANS UN SQUAT

« Luttopia vivra » 7’50 (octobre 2015)

Synopsis :

Des habitants du squat Luttopia à Montpellier racontent 24h dans ce lieu de vie collectif. Ils témoignent de la solidarité et de la fraternité qui existent dans un monde qui n’est pas fait pour les plus démunis…A quoi sert le squat Luttopia? qui sont ses habitants et qu’apporte-t-il à leur vie ? Ce film, né d’une formation action à la vidéo participative, donne l’occasion d’écouter les habitants du squat et de partager leurs expériences, leurs vécus et leurs désirs.

Thématique : préjugés sur les personnes précaires et droit au logement.

« Suis-je Si rien ? » 4’39 (octobre 2015)

Synopsis :

Pendant la formation-action, les habitants du squat Luttopia risquaient du jour au lendemain l’expulsion. Un plan séquence montre l’expulsion de l’ancien bâtiment administratif mettant à la rue 110 hommes, femmes et enfants.

Réalisateurs :

– 7 habitants du squat : Bari, Enric, Erol, Kasoum, JC, Mohamed, Najet.

– Association Les Ziconofages.

Contacts :

Kassoum, 07 69 25 34 50, Pascal Biston Les Ziconofages 06 71 71 65 18 lesziconofages@free.fr

Ces films ont été réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Général de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

Synopsis_LuttopiaPDF

Cueillette nocturne

Circonstance

En octobre 2016 nous participons à l’événement Les Palabrasives dans les salins de Villeneuve-lès-Maguelone. La soirée A table !* propose une projection-performance, où les spectateurs sont invités à un buffet modeste autour des films des Ziconofages sur l’aide alimentaire, la récupération et la production agricole de proximité.
Films du réel et témoignages à l’appui, nous goûtons des préparations concoctées avec les produits venant de ces trois sources
d’approvisionnement, pour aiguiser une réflexion politique sur l’alimentation.

*Avec Avis de chantier, les Ziconofages, la coordination Luttopia, Champs libres, le Secours Populaire.

Notes d’intention

Montrer :

– le gaspillage des grandes surfaces

– l’organisation et la solidarité organisée autour de la récupération.

– comprendre que la précarité alimentaire concerne des personnes très diverses.

CUEILLETTE NOCTURNE

Vidéo HD, couleur, film tourné\monté en 48h, 13’32, reportage.

Synopsis

Un chômeur, une étudiante, un jeune en formation, une femme, mère de famille racontent comment ils ont découvert et pratiquent la récupération dans les poubelles de supermarchés.

Co-Réalisation en partenariat avec la coordination Luttopia dans le cadre d’un atelier de vidéo participative.

Projet Outils Vidéo participatifs financés par le Département de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault.

Synopsis_Cueillette nocturne PDF

Contacts :

Coordination Luttopia, luttopia@riseup.net

Christel Lescrainier lesziconofages@free.fr 0603122948

Le droit de vivre décemment, Actes 1 et 2

Le droit de vivre décemment, Actes1 et 2

films documentaire co-écrits et co-réalisés avec

le collectif des habitant(e)s de la Tour d’Assas

et les Ziconofages

avec la participation d’Habiter Enfin ! du Fuiqp, de Divergence, du journal le d’Oc

Un premier film documentaire de 16′,acte 1, 2015.

Toujours perçus comme immigrées et reléguées dans des tours vouées à la démolition, las de vivre avec des familles de même origine ethnique, d’être déménagés de grands ensembles vers d’autres lieux identiques, des habitant(e)s de la Tour d’Assas à Montpellier se mobilisent et témoignent de cette injustice sociale.

Un second film documentaire de 22‘,acte 2, 2017.

La Tour d’Assas n’est plus entretenue depuis des années puisqu’elle va être démolie. Alors les conditions de vie se dégradent, tandis que le bailleur social Acm, la Métropole et l’État se renvoient la balle. Notre collectif d’habitant(e)s se révolte encore : « nous on vit (mal) dedans ! On est là ! Arrêtez de nous oublier ! »

Outils vidéo participatifs et les projections rencontres sont une action des Ziconofages financée par la CGET, le Conseil départemental de l’Hérault, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault.

Un extrait de l’acte 1:

Note d’intention :

Voir aboutir notre demande :

avoir un logement sécurisé, décent et salubre immédiatement

– être relogé dans un quartier mixte pour ceux qui le désirent

– acter la destruction (ou réhabilitation totale) de la Tour pour être reconnus prioritaires.

Arrêtez de nous oublier!!!!

Contexte du film :

Contexte du film :

La tour d’Assas a 50 ans, c’est un IGH (Immeuble de Grande Hauteur, 76m, le plus grand bâtiment de la ville de Montpellier. Elle comporte plus de 130 appartements dont 99 sont encore occupés. Elle est propriété du bailleur social ACM Habitat, qui détient 90 % des logements sociaux de la Ville. Elle n’est pas entretenue, car, elle va être détruite…

Les rencontres avec les responsables des collectivités territoriales font entrevoir une décision pour dans 2 ans ; trop long pour des habitants qui se mobilisent à nouveau depuis 1 mois et demi : manifestation, rencontres avec des responsables, réalisation d’un film participatif avec notre association, Habiter enfin !Le Fuiqp, le journal le d‘Oc et Divergence.

Tous les jeudis matin au centre social Caf de la Paillade, des ateliers audiovisuels réunissent donc des habitant(e)s de la Tour d’Assas (et du quartier) et les associations partenaires pour réfléchir et réaliser des Outils vidéos débats sur la situation des locataires de cette Tour, préparer des rencontres, sensibiliser et agir face aux discriminations et aux conditions de vie humiliantes et dangereuses.

Outils vidéo participatifs et les projections rencontres sont une action des Ziconofages financée par la CGET, le Conseil départemental de l’Hérault, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault.

 

 

 

 

S’installer paysan, sans terre et sans capital

Film documentaire, 1h04, 2016, production les Ziconofages

Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.

Visualiser le début du film:

Affiche jeunes agriculteursSynopsis :

De la difficulté de s’installer en tant que jeunes paysans sans capital de départ et sans être héritier de la terre. Nadia, Byron, Pipenn expérimentent sur un jardin proche de Montpellier tout en étant à la recherche d’une terre. Ils vont à la rencontre d’autres paysans, déjà installés, pour échanger sur la réalité d’aujourd’hui.

Dans une seconde partie, des exemples de projets collectifs montrent que des solutions existent et qu’elles doivent être valorisées et étendues.

Note d’intention : Pourquoi le film ?

– On est tous lié de prêt ou de loin à l’agriculture. On veut montrer que cette nouvelle agriculture, locale, non industrielle, respectueuse de l’environnement et des consommateur est viable et légitime.

– Beaucoup de jeunes sont en cours d’installation tout en étant au RSA, en galère, à la recherche de terre et souhaitent avoir un appui.

– Le film vise à déconstruire les préjugés sur ces nouveaux paysans : « ils n’ont pas d’expérience », « ce n’est pas rentable », « ils ne nourriront pas la planète »…

– Il est urgent de répondre à la question quels choix agricoles pour se nourrir sainement et localement ?

– Diffuser des idées, sensibiliser : sur la question du retour à la terre « une petite solution à un grand problème », sur une autre manière de vivre, gagner peu mais être heureux, refuser et dénoncer la situation des maraîchers aujourd’hui qui travaillent 70h/ semaine pour gagner 300€ ou 400€ par mois.

– La diffusion du film pourrait ouvrir vers des gens qui ont de la terre et créer un autre réseau que celui de la Safer.

– Pourquoi beaucoup de jeunes veulent retourner à la terre, à la ruralité. Comment s’y prennent-ils ?

– Porter un regard extérieur sur le groupe en maraîchage.

– Montrer que le terrain est à la fois un terrain agricole et un terrain de loisir « c’est chouette d’avoir notre petit bout de campagne », montrer que c’est une aventure collective.

– Le film est pour nous l’occasion de mener une réflexion, trouver une ligne directrice à notre projet.

– sensibiliser les propriétaires

Partenaires : Collectif Champs Libres,

Marchés paysans de l’Hérault, Boutique de producteurs de Clermont l’Hérault

Tournage :

Ahmed, Sandrine, Pascal G, Nadia, Byron, Pipone, Emmanuel, Samira,

Chantal, Vincent, Christel, Pascal B, Mossi

Réalisation, production et montage :

Les Ziconofages, Pascal Biston (06 71 71 65 18)

Avec le soutien : Conseil départemental de l’Hérault, DDCS de l’Hérault, DRAC LRMP, Caf de l’Hérault.

Luttopia vivra, film documentaire sur la vie en squat

LUTTOPIA VIVRA, film documentaire 8′ (octobre 2015)

Des habitants du squat Luttopia 02 ont fait appel aux Ziconofages pour filmer et raconter eux-mêmes leur propre histoire, leur propre réalité. Suite à plusieurs ateliers un film est né, « Luttopia vivra ». Les co-réalisateurs\trices sont disponibles pour projeter et échanger autour de la vie en squat. Les films peuvent donner lieu à des projections débat, des ateliers de travail.

Synopsis:
Des habitants du squat Luttopia à Montpellier racontent 24h dans ce lieu de vie collectif. Ils témoignent  de la solidarité et de la fraternité qui existent dans un monde qui n’est pas fait pour les plus démunis…A quoi sert le squat Luttopia, qui sont ses habitants et qu’est ce qu‘il apporte à leur vie ?

Image luttopia

SUIS-JE SI-RIEN? 4’39 (octobre 2015)

Synopsis:
Pendant la formation-action, les habitants du squat Luttopia risquaient du jour au lendemain l’expulsion. Un plan séquence montre l’expulsion de l’ancien bâtiment administratif mettant à la rue 110 personnes, hommes, femmes, enfants.

Réalisateurs :
–  7 habitants du squat : Bari, Enric, Erol, Kasoum, JC, Mohamed, Najet.
– Association d’éducation à et par l’image Les Ziconofages, basée à Montpellier, se sert de l’outil audiovisuel pour la mise en œuvres d’actions sociales à travers la vidéo participative. Les Ziconofages produisent des images destinée à être consommées, digérées puis transformées en action.

Contacts :
Kassoum, 07 69 25 34 50 , Christel Lescrainier 06 03 12 29 48, Pascal Biston 06 71 7165 18

lesziconofages@free.fr

Films réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

« Train de vie » et « Paroles croisées »

Six mois d’ateliers vidéo à Frontignan

Dans la continuité de notre travail sur l’aide alimentaire nous souhaitions compléter les deux précédents films « Un diner presque pas fait » et « L’Epso, une épicerie sociale et solidaire« .

Suite à une projection-débat, les volontaires de l’espace solidaire  M.Yunus à Frontignan nous invitaient à venir faire un film sur les ateliers collectifs et le regroupement de différentes associations d’aide alimentaire au sein d’un même lieu. Des ateliers ont débuté fin janvier pour imaginer un objet audiovisuel réalisé collectivement.

Deux films sont réalisés ; une fiction et une interview :

« Train de vie », fiction (10’20)
Quelques années de la vie d’une femme qui après un accident de la vie est tour à tour bénéficiaire puis bénévole dans un espace de solidarité.

« Paroles croisées d’usagers et d’élus sur les enjeux d’une politique communale d’action sociale« , interview (14’16)
Des élus répondent à chaud et sans filet au témoignage sensible de personnes vivant une précarité ; usagers de l’aide alimentaire ou de lieux de solidarité.

Films réalisés en partenariat avec l’espace solidaire M.Yunus dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Département de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault.

Écriture du film janvier à mars 2016

Atelier frontignan1

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Tournage 4 et 5 avril 2016

Synopsis_Train de vie Paroles croisées PDF

Contacts :
Valérie Ely-Victoire 06 65 44 53 43 – Christine Crespo 06 52 93 86 34 –

Pour les Ziconofages : Pascal Biston 06 71 71 65 18