Archives de catégorie : Logement

Luttopia vivra, film documentaire sur la vie en squat

LUTTOPIA VIVRA, film documentaire 8′ (octobre 2015)

Des habitants du squat Luttopia 02 ont fait appel aux Ziconofages pour filmer et raconter eux-mêmes leur propre histoire, leur propre réalité. Suite à plusieurs ateliers un film est né, « Luttopia vivra ». Les co-réalisateurs\trices sont disponibles pour projeter et échanger autour de la vie en squat. Les films peuvent donner lieu à des projections débat, des ateliers de travail.

Synopsis:
Des habitants du squat Luttopia à Montpellier racontent 24h dans ce lieu de vie collectif. Ils témoignent  de la solidarité et de la fraternité qui existent dans un monde qui n’est pas fait pour les plus démunis…A quoi sert le squat Luttopia, qui sont ses habitants et qu’est ce qu‘il apporte à leur vie ?

Image luttopia

SUIS-JE SI-RIEN? 4’39 (octobre 2015)

Synopsis:
Pendant la formation-action, les habitants du squat Luttopia risquaient du jour au lendemain l’expulsion. Un plan séquence montre l’expulsion de l’ancien bâtiment administratif mettant à la rue 110 personnes, hommes, femmes, enfants.

Réalisateurs :
–  7 habitants du squat : Bari, Enric, Erol, Kasoum, JC, Mohamed, Najet.
– Association d’éducation à et par l’image Les Ziconofages, basée à Montpellier, se sert de l’outil audiovisuel pour la mise en œuvres d’actions sociales à travers la vidéo participative. Les Ziconofages produisent des images destinée à être consommées, digérées puis transformées en action.

Contacts :
Kassoum, 07 69 25 34 50 , Christel Lescrainier Les Ziconofages 06 03 12 29 48, lesziconofages@free.fr

Films réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

Projection et débat sur les discriminations dans le cadre du festival Traversées de Lunel le 26 mars à 14h en partenariat avec Pécheurs d’images et Habiter Enfin!

Projection des films des Ziconofages et débat sur les discriminations dans le cadre du festival Traversées de Lunel  le 26 mars de 14 à 16h (Salle Castel, centre ville):

Leïla l’inlogeable, un film (fiction documentaire) qui retrace le parcours d’une mère célibataire et ses deux enfants et le mur des discriminations qu’elle doit affronter pour avoir accès à un logement, mur qu’elle franchit par une implication dans un collectif.

Leïla l’inlogeable », une œuvre collective sur le vécu discriminatoire de familles mal-logées.
Un film pensé et réalisé par le Collectif « Urgence Familles Mal-logées » et l’association Les Ziconofages. Il vise à mettre en visibilité les multiples blocages que ces femmes subissent au quotidien. Ce projet participatif souhaite interpeller tant les institutionnels en charge de la question du logement sur Montpellier, que l’ensemble des intermédiaires du logement.

BMP - 118.2 ko

« Vivant dans un studio avec ses trois enfants, Leïla multiplie les démarches pour trouver un logement décent pour sa famille. Malgré plus de 8 ans de demandes HLM et des recherches actives dans le privé, la situation ne change pas. »

Ce film reflète le quotidien de nombreuses familles mal-logées. En plus des difficultés économiques, elles subissent une réelle discrimination dans l’accès au logement jour après jour. Peu connue des pouvoirs publics, cette discrimination reste impunie. Les familles se retrouvent assignées à résidence dans des habitats inadaptés, alors même que le logement est un droit !

 

Le droit de vivre décemment, un documentaire réalisée avec le collectif des habitants de la Tour d’Assas à Montpellier. Toujours perçus comme immigrés alors qu’ils sont français, relégués dans des tours vouées à la démolition, las de vivre avec des familles de même orecole+logementigine ethnique, d’être déménagés de grands ensembles vers d’autres lieux identiques, des habitants se mobilisent et témoignent de cette injustice sociale.

Des films d’ateliers, réalisés par les collectifs Urgence Familles mal-logées et de la Tour d’Assas, qui montrent des citoyens en lutte pour l’égalité de traitement et la justice sociale. Des témoignages qui démontent les stéréotypes et demandent aux décideurs politiques et institutionnels d’agir pour les valeurs républicaines.

En partenariat avec l’association pêcheurs d’images et Habiter Enfin!

Une projection dans le cadre de l’action Outils vidéo participatifs (financement:  Conseil départemental de l’Hérault,  DDCS de l’Hérault, CAF de l’Héarult, DRAC LRMP, Ville de Montpellier

 

tour-assas-1

 

Mercredi 20 janvier au Bar à Photo, Projection débat du film Luttopia vivra

LUTTOPIA VIVRA

PROJECTION-DÉBAT

MERCREDI 20 JANVIER AU BAR A PHOTO  ( 29 ter rue Lakanal)

En partenariat avec Le Bar à photo, nous vous invitons à la première projection-débat publique de « Luttopia vivra » autour du thème du droit au logement et du vivre-ensemble avec nos différences.

Des habitants du squat Luttopia 02 ont fait appel aux Ziconofages pour filmer et raconter eux-mêmes leur propre histoire, leur propre réalité.Suite à plusieurs ateliers un film est né, « Luttopia vivra ». Les co-réalisateurs\trices présenteront leur travail lors de cette soirée.

Deux séances (10 min. de projection suivi d’un débat) seront proposées à 18h30 et 20h00.
A cette occasion, un duo de soupes vous sera proposé en complément des boissons habituelles.

Synopsis:
Des habitants du squat Luttopia à Montpellier racontent 24h dans ce lieu de vie collectif. Ils témoignent  de la solidarité et de la fraternité qui existent dans un monde qui n’est pas fait pour les plus démunis…A quoi sert le squat Luttopia, qui sont ses habitants et qu’est ce qu‘il apporte à leur vie ?

Image luttopia

Retour sur le festival du cinéma Méditerranéen

Un beau moment partagé au cinéma Utopia et à la salle Rabelais avec aussi des personnes venues dans le cadre du festival et qui n’étaient pas au courant des questions de discriminations. 280 spectateurs ont répondu présents, ce qui est exceptionnels pour des films régionaux!

IMG_4766  IMG_4758IMG_4790 IMG_4783 IMG_4751

La vidéo participative était aussi dans la presse (Midi Libre, France bleu Hérault mardi et jeudi, RCF, RPH…).

Nous avons récolté les impressions à la sortie des projections-débats:
IMG_4858 IMG_4857 IMG_4856 IMG_4855 IMG_4850 IMG_4849 IMG_4841 IMG_4842 IMG_4844 IMG_4846 IMG_4848

La vidéo participative au Cinémed

Les films Citoyens de seconde zone? (Journal de 2 mois de lutte, Le droit de vivre décemment)  et Un dîner presque pas fait ont été retenus pour être présentés dans la section « Filmer en région » du 37e Cinemed – Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier.

Les 3 films portent sur les inégalités de traitement à Montpellier et ont été co-réalisés par des habitants et les Ziconofages.

Venez nombreux\ses aux 2 projections-débats sur l’aide alimentaire, les discriminations au logement et à l’école !

Lire l’article du Midi libre sur les films

Mardi 27 octobre à 19h, Cinéma Utopia (arrêt tram St Eloi)

Jeudi 29 octobre à 16h, salle Rabelais (arrêt tram comédie ou corum)

Ces films ont été réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

tour-assas-1
Le droit de vivre décemment
PB_Image1
Journal de 2 mois de lutte
Affiche un diner 2
Un dîner presque pas fait

Extrait de le Droit de vivre décemment:

Bande annonce de le Droit de vivre décemment:

Extrait du Journal de deux mois de lutte :

Citoyens de seconde zone?

DES FILMS SUR LES DISCRIMINATIONS AU LOGEMENT ET A L’ÉCOLE

Ces films ont été réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départementall de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier. Ils peuvent donner lieu à des projections débat, des ateliers de travail, … Contactez nous en fonction des films qui vous intéressent!

« Journal de 2 mois de luttes au Petit Bard-Pergola » avec le Collectif des parents d’élèves des écoles du Petit Bard-Pergola

Synopsis :
Un film qui jour après jour, semaines après semaines, retrace les actions quotidiennes et les réflexions de femmes parents d’élèves. Elles n’ont eu de cesse de rappeler durant ces semaines de mobilisation qu’elles voulaient que les lois de la république soient appliquées pour elles, leurs enfants mais aussi pour leur famille et pour tous les habitants de France.

Extrait semaine 4:

Note d’intention :
Suite à la sollicitation de Cesam Migration Santé et des enseignants, nous avons rencontré un groupe de parents délégués des écoles du groupe scolaire Petit Bard, qui interpellent les pouvoirs publics pour exiger de la mixité sociale dans les écoles de leurs enfants. Ils voulaient un appui technique pour faire des films et raconter leur vision de l’école. Une quinzaine de parents d’élèves (des femmes) ont participé à une formation action (tournage et montage) autour des actions qu’elles filmaient quotidiennement.
Des films courts étaient réalisés chaque semaine et mis en ligne sur leur youtube et facebook.

Contact :
Collectif des parents d’élèves ecolespetitbard@gmail.com, Christel Lescrainier, les Ziconofages
06 03 12 29 48.

« Le droit de vivre décemment » avec le collectif des habitantes de la Tour d’Assas

Synopsis (documentaire 16′) :
Toujours perçus comme immigrées et reléguées dans des tours vouées à la démolition, las de vivre avec des familles de même origine ethnique, d’être déménagés de grands ensembles vers d’autres lieux identiques, des habitantes de la Tour d’Assas à Montpellier se mobilisent et témoignent de cette injustice sociale.

Note d’intention :
Suite à la sollicitation de Habiter Enfin (qui mène des ateliers au Centre social CAF tous les mardis) , nous avons rencontré plusieurs personnes du collectif Tour d’Assas le 1er avril jour de la manifestation jusqu’aux bureau d’ACM. Formation autour de prises de vues par téléphone portable, réalisation de 6 interviews dont la moitié par les habitants entre eux, prise de contact et présentation de notre association pour un prochain rendez-vous atelier, prêt du DVD Tomber des murs. (auprès de 5 personnes).
Contacts :
Pascal Biston, les Ziconofages 06 71 71 65 18, Habiter Enfin ! 04 67 58 40 08

Une projection des 2 films a été faite au cinéma Diagonal le 12 juin 2015 devant 230 personnes puis au festival du cinéma Méditerranéen les 27 et 29 octobre 2015.

 

Film documentaire Enfin Visibles ? les chemins jusqu’à Fermaud-Merci

 Enfin Visibles? les Chemins jusqu’à Fermaud-Merci

Film documentaire de 52 minutes

Réalisation : les Ziconofages, Production: Adoma

couv-dvd-enfin-visibles-jpgSynopsis :

Habitant Montpellier depuis des dizaines d’années, des immigrés racontent leur parcours de vie, entre ici et là-bas, de leur taudis de 10 m2 où ils survivaient, les travaux pénibles et mal-payés, leur vie et leur attachement au quartier. Un partenariat institutionnel s’est développé autour de ces résidents, ADOMA, SERM, ADLI, Département de l’Hérault, ville de Montpellier et DDCS  témoignent de l’enjeu de reloger dignement les personnes vieillissantes, en tenant compte de leurs attentes et de leur mode de vie. La pension de famille Fermaud-Merci : une renaissance et une reconnaissance.

 

 

Une version courte du film est visible ici:

Courrier et constats des discriminations à Montpellier fait par un collectif d’associations

Le 20 avril 2015, les principaux élus et décideurs locaux  ont été destinataires d’un courrier  rédigé et co-signé par un collectif d’associations montpelliéraines composé de 12 structures (AJPPN, APAJ, AVEC les Cévennes, Césam Migration Santé, Le CICADE, La CIMADE, Collectif Yves Dumanoir (CYDM), Solange Daunis, Habiter Enfin !, Justice Pour Le Petit Bard, La Table de quartier, Tin Hinan, Les Ziconofages.).

Lecture du courrier par une adhérente
Lecture du courrier par une adhérente

Cet écrit faisait état de l’aggravation des discriminations dans les différents quartiers de Montpellier où sont implantées nos  associations. Il était question de mettre en lumière une fois de plus que la ségrégation sociale et ethnique, conséquence de multiples discriminations,  produit des effets néfastes sur tous les aspects de la vie quotidienne des personnes et des familles (logement, éducation, droits des femmes, santé,  emploi, citoyenneté et accès aux droits…).

Nous les mettions en garde, en nous appuyant sur notre expertise issue de longue expérience de terrain mais aussi des différentes recherches en sciences sociales, contre une perte de confiance dans les institutions, un  repli sur soi et finalement une démocratie et une République fragilisée.

Nous les invitions à prendre la mesure de la situation et les appelions à réagir et à sortir d’une forme de déni institutionnel.

Nous proposions à nos élus de nous rencontrer et de co-construire la réflexion autour de ces enjeux primordiaux et d’apporter notre concours à toute réponse adaptée afin d’améliorer la situation à Montpellier.

Cette lettre n’a malheureusement fait l’objet d’aucune réponse…

A présent nous appelons à une prise de conscience citoyenne afin de contraindre nos élus et représentants d’institutions à mettre en place des politiques qui garantissent une égalité de droits notamment en matière de logement et d’éducation.

Nous publions donc  cette lettre pour exiger une réponse concrète et publique à la question que nous leur avons posé : « face aux discriminations, élus, décideurs, que faites vous ? »

lettre et courrier seuls 8 avril en PDF

annexes courrier discrimination 8 avril en PDF

12 Juin 2015 au Diagonal : « Citoyens de seconde zone ? » : Projection débat

Projections-rencontres autour de mobilisations d’habitants sur Montpellier contre les discriminations et pour l’égalité pour tous. Des films d’ateliers, réalisés par les collectifs des parents d’élèves du Petit Bard-Pergola et de la Tour d »Assas, qui montrent des citoyens en lutte pour l’égalité de traitement et la justice sociale. Des témoignages qui démontent les stéréotypes et demandent aux décideurs politiques et institutionnels d’agir pour les valeurs  républicaines.

Synopsis_Citoyens de seconde zone :

Journal de 2 mois de luttes au Petit Bard-Pergola 33′ : Un film qui jour après jour, semaines après semaines, retrace les actions quotidiennes et les réflexions de femmes parents d’élèves. Elles n’ont eu de cesse de rappeler durant ces semaines de mobilisation qu’elles voulaient que les lois de la république soient appliquées pour elles, leurs enfants mais aussi pour leur famille et pour tous les habitants de France.

 

Le droit de vivre décemment : Film documentaire 16′ : Toujours perçus comme immigrés alors qu’ils sont français, relégués dans des tours vouées à la démolition, las de vivre avec des familles de même origine ethnique, d’être déménagés de grands ensembles vers d’autres lieux identiques, des habitants se mobilisent et témoignent de cette injustice sociale.

tour-assas-1

Avec:
Le Collectif des parents d’élèves du petit Bard-Pergola et le Collectif de la Tour d’Assas.
Les chercheuses Pauline Scherer (indépendante) et Suzana Dukic (Institut social et coopératif de recherche appliquée).
Associations Les Ziconofages, Habiter Enfin!, Cesam Migration Santé, Justice pour le Petit Bard.

Le 12 juin à 18h au cinéma Diagonal de Montpellier (proche Comédie)
Prix entrée: 3,50 euros

Ces films ont été réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Département de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

RETOURS SUR LA PROJECTION DÉBAT

L’exercice était difficile. Le débat chaud et parfois chaotique reflétait l’état de la réflexion sur l’enjeu de la négociation/rupture avec les acteurs politiques et institutionnels.
Ce qui était intéressant, c’est que personne n’a du coup contesté les discriminations systémiques et le racisme institutionnel pointées par les collectifs.P1080640
La question de la place des professionnels dans l’interface entre les citoyens et ces même acteurs était centrale mais n’a pas été traitée. Beaucoup était venu pour ça à mon avis;
A renouveler car ce genre d’espace manque.
Suzana

Quelques adjectifs en vrac qui me viennent : nécessaire, enrichissant, éclairant, vivifiant.
à bientôt,Marion.

Hola, très touché par les films et l’ambiance de la projection. Au-delà de la situation sociale révoltante, ces femmes qui refusent le fatalisme et choisissent l’action collective donnent une leçon de vie à qui veut l’entendre… J’ai aussi été frappé par cette revendication de la mixité, là où on s’imagine trop facilement un replis communautaire dans une vision réductrice victime de nos aprioris. Un courrier de lecteur dans la Gazette de cette semaine est stupéfiant de ce point de vue là (si vous n’aimez pas le Petit Bard quittez le… No comment). C’est bien une ségrégation silencieuse qui est en marche et ce cinéma participatif fait par et pour les habitants nous rappelle que les valeurs de la république restent un combat quotidien. Bravo!
Bobie

Bonjour,
J’ai assisté à cette soirée.
Bravo pour l’organisation, la mobilisation était au RDV et les 2 films sont super bien faits et très riches.
Je regrette le temps de débat un peu court et peut être le manque de clarté sur la position de la Mairie qui a été compliqué P1080637à gérer.
En tous les cas, merci pour cette organisation, je suis très content d’être venu.
A bientôt.
F.

L’action de vendredi soir est à mon sens une nécessité. Les deux films projetés, soutenus par la présence massive des habitants du Petit Bard, sont poignants. Un sujet fort mais surtout une caméra tenue par des personnes en lutte. Des plans tremblants, dévoilant la révolte, la fatigue, l’émotion. Des instants de poésie émergent d’une réalité brute, prise sur le vif, comme lorsque le vieil homme se « soulage » (comme disait l’une des femmes) en pleurant.
J’émets tout de même un petit bémol envers ces films. Le message porté (plus de mixité, non aux ghettos, etc.) est dit, redit et reredit (par les slogans, les banderoles, les interviews, …) Cela m’a fait décrocher à certains moments. Je pense qu’il est important de faire davantage confiance au spectateur. J’ai l’impression que la répétition a tendance à diminuer l’impact du propos.
Au-delà de ces remarques d’ordre esthétique, je suis à la fois étonnée et marquée de voir que ce sont ces personnes, issues de l’immigration, qui nous rappel à nous, français, les valeurs de la République. J’ai le sentiment que la majorité des français ne croient plus à en la France ni à ses valeurs (liberté, égalité, fraternité).
Merci à vous d’avoir soutenue cette lutte et de l’avoir amené jusqu’au centre-ville, dans une salle de cinéma, ouverte à tous. La prise de conscience est à mon sens le premier pas (et pas le moindre) vers le changement. Et ces films y participent grandement.
Rachel

Et Saurel ???? il est où Saurel ???
VincentP1080630

Des mots: Joie, solidarité, foi, envie, réussite, émancipation, courage, responsabilisation… La solidarité, le courage et la responsabilisation de ces femmes envers leur propre situation, a rendu possible la réussite et l’émancipation des femmes du Petit Bard
Meritxell

Ce fut pour moi une soirée riche en informations et analyses : le documentaire était intéressant et les échanges aussi
A poursuivre donc sur le quartier…
Pascale

« Tomber des murs ? » 50 ans de grands ensembles

 


Bande annonce du film

  • Synopsis

    « Tomber des murs? », revient sur 50 ans d’histoire d es grands ensembles. A Montpellier, dans les quartiers du Petit Bard et de la Mosson des tours s’écroulent, la mixité sociale s’impose et les murs des barres ont repeints. Ce film est un constat sur les problématiques autour des politiques de rénovations urbaines. Il y a les murs d’immeubles qui tombent en pleine crise du logement et puis ceux qu’il reste à abattre, ceux de l’indifférence et de l’incompréhension. Une population invisible aux yeux des décideurs revendique son mot à dire. 52′ où se croisent les paroles des habitants, chercheurs, acteurs associatifs et politiques.
    > 26 jeunes montpelliérains de 16 à 25 ans ont interviewé et tourné les images de ce film documentaire. Cette action est le fruit d’un travail de 8 mois de l’association d’éducation à l’image les Ziconofages.

 


« Tomber des murs ? » Interview des réalisatrices par ziconofages

  • Fiche technique

    Genre: documentaire Année: 2008 Durée: 52′ Support: DVD vidéo Langue: Français Pays de production: France Matériel Caméra: Caméra Tri CCD Dates de tournage: Novembre 2007 – Juin 2008 Lieux de tournage: Montpellier, quartiers de la Mosson (Paillade) et du Petit Bard © Les Ziconofages – lesziconofages@free.fr

    Réalisation: Association Les Ziconofages Tournage: Turkane Basar, Soumia Seddiki, Soumia Machaallah, Leïla Sabir, Vanessa Adolphe, Gwendoline Baquet, Hanane Boujaj, Kevin Depaule, Yessref Djemina, Sabrina Drihi, Sanaa Hayyani, Mouna Khadraoui, Mélodie Kroemer, Maryline Lefebvre, Sophie Loizel, Réda Mouadine, Eric Muller, Allioun N’Doye, Rachyda Oujebbour, Aurélien Paillie, Anais Razoux, Nadège Rizo, Driss Saël, Nassira Trari, Djemina Yessref, Cynthia Yvernault. Ces jeunes âgés entre 16 et 25 ans habitant Montpellier et les villages alentours, ont été formés à la prise de vue vidéo et à l’interview par Pascal Biston et Christel Lescrainier. Montage: Thierry Brinksma Musique: Hatime Bensfia aka Hendek Réalisé avec le soutien de: Département de l’Hérault, Direction enfance et famille, Fonds d’aide aux jeunes, Caf de Montpellier, l’Acsé, DRDJS Languedoc Roussillon, Centre social CAF de la Paillade, Maison de l’enfance et de la famille