Archives pour la catégorie Alimentation

Le 7 octobre A table!

Aux Palabrasives

Vendredi 7 octobre
(à Villeneuve-lès-Maguelone)

Projections-discussions & banquet modeste, autour de

l’aide alimentaire, la récupération,

la production agricole de proximité.

Films du réel et témoignages à l’appui, nous goûterons des préparations concoctées avec les produits venant de ces 3 sources d’approvisionnement, pour aiguiser une réflexion politique sur l’alimentation.

Avec les Ziconofages, la coordination Luttopia, Champs libres

RDV à 20h sous le chapiteau des Palabrasives (Villeneuve-lès-Maguelone)

 Entrée libre, banquet modeste à prix libre

Projections-débats-dégustations:

Le programme complet du festival

palabrasives

S’installer paysan, sans terre et sans capital

Film documentaire, 1h04, 2016, production les Ziconofages

Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.

Visualiser le début du film:

Affiche jeunes agriculteursSynopsis :

De la difficulté de s’installer en tant que jeunes paysans sans capital de départ et sans être héritier de la terre. Nadia, Byron, Pipenn expérimentent sur un jardin proche de Montpellier tout en étant à la recherche d’une terre. Ils vont à la rencontre d’autres paysans, déjà installés, pour échanger sur la réalité d’aujourd’hui.

Dans une seconde partie, des exemples de projets collectifs montrent que des solutions existent et qu’elles doivent être valorisées et étendues.

Note d’intention : Pourquoi le film ?

– On est tous lié de prêt ou de loin à l’agriculture. On veut montrer que cette nouvelle agriculture, locale, non industrielle, respectueuse de l’environnement et des consommateur est viable et légitime.

– Beaucoup de jeunes sont en cours d’installation tout en étant au RSA, en galère, à la recherche de terre et souhaitent avoir un appui.

– Le film vise à déconstruire les préjugés sur ces nouveaux paysans : « ils n’ont pas d’expérience », « ce n’est pas rentable », « ils ne nourriront pas la planète »…

– Il est urgent de répondre à la question quels choix agricoles pour se nourrir sainement et localement ?

– Diffuser des idées, sensibiliser : sur la question du retour à la terre « une petite solution à un grand problème », sur une autre manière de vivre, gagner peu mais être heureux, refuser et dénoncer la situation des maraîchers aujourd’hui qui travaillent 70h/ semaine pour gagner 300€ ou 400€ par mois.

– La diffusion du film pourrait ouvrir vers des gens qui ont de la terre et créer un autre réseau que celui de la Safer.

– Pourquoi beaucoup de jeunes veulent retourner à la terre, à la ruralité. Comment s’y prennent-ils ?

– Porter un regard extérieur sur le groupe en maraîchage.

– Montrer que le terrain est à la fois un terrain agricole et un terrain de loisir « c’est chouette d’avoir notre petit bout de campagne », montrer que c’est une aventure collective.

– Le film est pour nous l’occasion de mener une réflexion, trouver une ligne directrice à notre projet.

– sensibiliser les propriétaires

Partenaires :Collectif Champs Libres,

Marchés paysans de l’Hérault, Boutique de producteurs de Clermont l’Hérault

Conseil départemental de l’Hérault, DDCS, DRAC LR, Caf de l’Hérault

Synopsis détaillé

S’installer paysan sans terre ni capital

Intro : une demande de bio et de circuit court mais pas de réponse locale, malgré un réseau naissant.

1- Des exemples de jeunes qui s’installent dans l’Hérault: Nadia-Byron-Pippen, Johan, Mickael, David, Yoann, Yezid, Sébastien

– Ils sont hors cadre familial, ont fait des formations agricoles, ils veulent créer leur emploi sur 1ha en maraichage. (N-B-P, Johan)

– Ils cultivent en bio, en respectant la terre, souvent avec des ânes, ont des envies de collectifs, de projets de vie, de se faire plaisir, d’expérimenter (N-B-P, Johan)

– Ils rencontrent des difficultés d’accès au foncier alors que « mathématiquement il y a de la place pour s’installer » :

– Pression foncière :

– spéculation et demande de logements l’exemple de Jacou / (Calvat)

– viticulture mécanisée (Mickael)

– Pas de moyens pour acheter ; (David, Byron, Jarrige)

– Non accès à l’information car transactions entre familles d’agriculteurs. (Jarrige)

– Pas de soutien de la Safer ni des organismes de la Chambre d’agriculture (Yezid, David)

– Terres pauvres nécessitant beaucoup d’année de préparation (Mickael) ou inondables (Yezid)

– Dureté du métier ou tout est à construire (Mickael, Johan)

– Peu rentable au départ (Mickael, Johan)

– Peu soutenu par les banques (Mickael, Johan)

– Ne sont pas dans un modèle productiviste (Serge Azaïs)

– Pas d’habitat sur place alors que c’est une nécessité , ou problème d’habitat léger. (Nadia)

– Problème du local de stockage (Michael, Johan)

– Pas forcement de soutien des mairies ou des habitants (Michael, Johan)

2 Les atouts de ces nouveaux paysans :

-Un respect de l’environnement : nappe phréatique, effet de serre, lutte incendie,… (Yézid, Johan) ;

-Une demande des habitants (maire de St gély du Fesc)

Le film peut s’arrêter là, à 34′

3 Des exemples de projets collectifs à suivre pour aider à l’installation :

3- Une commercialisation en circuit court et en vente direct : la vente en demi gros (Johan), les marchés (David, Yohan) et les Amap (Yézid, Mickael)

– La transformation une plus value (Yoan, Boutiques paysannes)

– Le collectif : exemple des boutiques de producteurs ;

– Le rôle des pouvoirs publics (Domaine de Viviers, place de l’agriculture dans le territoire, fiscalité des transactions)

– La terre , un patrimoine privé ou un patrimoine collectif ? l’exemple de la fiscalité aux Pays bas

– La sensibilisation des propriétaires qui partent à la retraite et le développement des fermages : La SCTL, un exemple de non spéculation foncière

– Des signes d’ouvertures avec des terres qui vont se libérer pour des petits maraichers.

Conclusion : Y’a de la place pour ces nouveaux paysans ;

Les politiques publiques doivent les encourager ;

C’est la fin d’une agriculture industrielle, place à une agriculture paysanne écologique et en circuit court. C’est possible !

Partie 2 30′

Avec la Participation

de Byron, Pepone et Nadia du collectif Champs Libres

Vincent Nourigat, de l’association Marchés paysans de l’Hérault,

de Dominique Soulier, Maud Vanlaer, Marianne, Mickael, Pierre Bodot des Boutiques de producteurs de Clermont l’Hérault et de St Gély

de Johan Crance de la coopérative de Consommateur l’Arbre à paniers

de Mickael Decker de l’Amap des Paniers du Pic

de Yézid Allaya de l’association Lutin Jardin,

de Georges Vincent, Maire de ST Gély du Fesc

de Renaud CalvatMaire de Jacou et Vice Président du Département de l’Hérault

de Françoise Jarrige, enseignante chercheuse Sup-agro

de Yoan Carensac et Frédéric Prunet du Gaec les Truels du Larzac

de Serge Azaïs, Viticulteur et président de Terres Vivantes

de David Lereu, maraîcher en Coeur d’Hérault,

Tournage :

Ahmed, Sandrine, Pascal G, Nadia, Byron, Pipone, Emmanuel, Samira,

Chantal, Vincent, Christel, Pascal B, Mossi

Réalisation et Montage

Pascal Biston

Avec le soutien de

Conseil départemental de l’Hérault, DDCS de l’Hérault, DRAC LRMP, Caf de l’Hérault,

Production

Les Ziconofages

Aide alimentaire, constats, réflexions & propositions

Puisque nos actions travaillent à l’utopie de transformations sociales possibles, nous éditons un document qui compile les échanges et les pistes de réflexions soulevés lors des projections-débat.

Il est téléchargeable et en libre accès:Aide alimentaire_pistes et reflexions_Octobre 2017et ci-dessous un aperçu de ce modeste et nécessaire travail.

Les films d’atelier prennent toute leur pertinence dans ces projections-débats incarnés par la présence des co-réalisateurs\trices, de celles et ceux qui sont directement concernés par le sujet développé. Ils peuvent ainsi répondre aux questions des publics, préciser les choses. Il s’agit aussi pour nous de créer du lien, provoquer des rencontres, construire et échanger des savoirs. Nous diffusons dedans comme dehors, en public comme en privé.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Caddie de l’épicerie sociale de la Croix Rouge à l’espace M.Yunus à Frontignan

L’édition -mise à jour régulièrement- des constats complémentaires et des pistes de transformations sociales est le fruit partagé de nos ateliers\projections\rencontres.

« Ce n’est pas parce qu’on est ignoré qu’on est ignorant »
Nadège Pascal, co-réalisatrice

Table des matières

Informations générales sur l’aide alimentaire ……………………………………….2

Sur la vidéo participative………………………………………………………………………2

L’aide alimentaire …………………………………………………………………………………3

  • Réalités des bénéficiaires ………………………………………………………………..3

  • Réalités des associations d’aide alimentaire..……………………………………4

  • Regards de chercheur-e-s ………………………………………………………………..4

  • Le rôle des institutions …………………………………………………………………….5

L’accueil ……………………………………………………………………………………………….5

  • Du point de vue des professionnels et des bénévoles ……………………..5

  • Du point de vue des bénéficiaires ……………………………………………………5

  • Les demandes de justificatifs.…………………………………………………………..6

Distribution et contenu des colis ………………………………………………………….6

Lien social …………………………………………………………………………………………….7

Pistes à suivre ………………………………………………………………………………………7

INFORMATIONS GÉNÉRALES

– Le film ouvre sur plusieurs problématiques concernant les associations d’aide alimentaire: accueil, contenu des colis, discriminations des personnes.

– Plus largement le film questionne l’alimentation et son importance dans son rapport au monde : retourner les invitations, isolement, estime de soi…

– Avant la projection, nous précisons que nous avons fait une démarche dès le départ pour associer des associations d’aide alimentaire mais qu’elles ont refusé ou n’ont pas répondu. Pour les réalisateurs cette attitude à été regrettable.

– Un deuxième objet vidéo a été réalisé sous forme d’entretien « L’epso, une épicerie sociale et solidaire » pour montrer une autre forme et une autre façon d’aborder l’aide alimentaire et donner la parole aux acteurs de l’aide alimentaire. En janvier 2016 l’équipe du film était invitée par les usagers de l’espace solidaire M.Yunus à Frontignan pour proposer un autre regard sur l’aide alimentaire. 9 mois plus tard 2 films collectifs sont réalisés:  « Train de vie », une fiction de 10′ & « Paroles croisées d’usagers et d’élus sur les enjeux d’une politique communale d’action sociale », une interview de 13′.

– En 2014 sur l’Hérault il existait 23 épiceries solidaires mais ça reste un modèle minoritaire de l’aide alimentaire, « Il y a quinze jours, je ne savais pas qu’il y avait des épiceries solidaires. » témoigne une personne bénéficiant de l’aide alimentaire.

– Octobre 2017 : 26 projections 1000 spectateurs. Lieux : Conseil départemental de l’Hérault, (pôle insertion, pole innovation sociale, agences départementales de la solidarité, Lieu ressources,) Centres et foyers sociaux, CCAS, associations d’éducations populaires, foyer jeunes travailleurs/ses, Foyer 3em age, association d’aide alimentaire, épicerie sociale et solidaire, festival, Cirad, CCAS de Brest. Public : bénéficiaires, professionnel-le-s du social et cadres de l’insertion sociale, chercheurs, animateurs/trices éducation populaire, bénévoles d’associations, étudiant-e-s IRTS, chercheur-e-s, anonymes…

– Des associations d’aide alimentaires Brestoises parlent de « dépannage alimentaire » plutôt que de « distribution alimentaire ».

– L’urgence alimentaire c’est quand il y a des carences en apport quantitatif et qualitatif.

– Constat général d’une augmentation des besoins, selon les témoignages certains parlent d’une multiplication par 2 des besoins en 10 ans, 80 personnes accueillies en 3 heures aujourd’hui alors qu’il y a 10 ans il y en avait 25 en 3 heures. Augmentation du nombre de retraités et de jeunes âgés de 18 à 25 ans, beaucoup de travailleurs pauvres.

– Il faut différencier l’urgence alimentaire de l’insécurité alimentaire : des personnes au RSA se retrouvent en difficulté dès la moitié du mois « dans 5 jours je n’aurai plus que des pâtes à donner à ma famille ».

– En France aujourd’hui il y a 9 millions de pauvres, 3 à 4 millions ont recours à l’aide alimentaire.

 

SUR LA VIDÉO PARTICIPATIVE….lire la suite

25 mai : Assemblée générale des Ziconofages

Cher(e)s ami(e)s, partenaires, adhérent(e)s, intéressé(e)s  des Ziconofages,

Nous souhaitons vous voir, vous entendre, et partager lors de notre AG annuelle

Mercredi 25 mai à partir de 16h, au 67 avenue de Lodève (arrêt de tram Arceaux, L3) , jusqu’à 23h pour les plus fous!
Au programme, pour tous, et tout le temps :

– Films auto-produits que vous n’avez pas eu le temps de voir en libre accès;
– Découverte et validatAffiche jeunes agriculteurs avec texteion du rapport d’activités;
– Échanges entre les participants aux différents projets de l’association;

A 17h30:
– Avant première du film « Paysans sans terre et sans capital »

 

A 18h30 : Assemblée générale formelle!
– Échanges autour du rapport d’activités et des différentes thématiques de l’année 2016;
– Validation des comptes 2015;
– Renouvellement du CA.

A 19h15 Repas

20h30 Découverte du Playback Théatre avec la compagnie Etincelle : « thème : mes identités et rôles rêvés, fantasmés, imposés, dans ma vie comme dans mes projets associatifs.  »

22h Thé et dessert pour les plus motivés!

Pour les encore plus motivés, venir à 14h pour cuisiner (malin) ensemble le repas du soir;

Pour les moins motivés, amener un truc à boire ou à manger!

Pour ceux qui ne pourraient pas venir mais qui veulent rester et ou devenir adhérents, merci de nous le signaler par mail ou SMS, de remplir le formulaire joint (adhésion et procuration)

On peut venir seul(e), accompagné(e), en adhérant ou en curieux, en prévenant (c’est le mieux) ou à l’improviste

L’équipe des Ziconofages
(salariés et bénévoles du CA)

Jeudi 12 mai 2016 : « Un diner presque pas fait » au CIRAD

Aide alimentaire dans l’Hérault et représentation des bénéficiaires.

Cirad, Bâtiment 15, salle 2, 10h00 à 12h00

Dans le cadre des séminaires mensuels sur la sécurité alimentaire, le Cirad invite Les Ziconofages pour une projection-débat du film « Un diner presque pas fait ».

Projection et débat en présence des co-réalisateurs\trices, de l’association Les Ziconofages, de Dominique Paturel (INRA, UMR Innovation), et d’Emmanuelle Cheyns (Cirad, Umr Moisa).

Ce film collectif est une fiction qui aborde l’aide alimentaire (contenu des colis, lien social) et notamment l’accueil des bénéficiaires par les bénévoles associatifs. Les diffusions sont toujours accompagnées par celles et ceux qui l’ont réalisé afin de pouvoir compléter et enrichir les échanges avec les spectateurs. C’est aussi l’occasion de collecter auprès des professionnels, bénévoles et bénéficiaires les réflexions et les pistes d’évolutions possibles sur les sujets évoqués dans le film. La démarche de vidéo participative offre la possibilité de décloisonner les mondes et de permettre à des populations stigmatisées d’avoir la parole dans les prises de décisions qui affectent leurs vies.

CONSTATS, RÉFLEXIONS & PROPOSITIONS

Film et projection soutenus dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

Politique sociale et précarité alimentaire

6 mois d’ateliers vidéo à Frontignan

Dans la continuité de notre travail sur l’aide alimentaire nous souhaitions compléter les deux précédents films « Un diner presque pas fait » et « L’Epso, une épicerie sociale et solidaire« .

Suite à une projection-débat, les volontaires de l’espace solidaire  M.Yunus à Frontignan nous invitaient à venir faire un film sur les ateliers collectifs et le regroupement de différentes associations d’aide alimentaire au sein d’un même lieu. Des ateliers ont débuté fin janvier pour imaginer un objet audiovisuel que nous réalisons collectivement.

Deux films sont réalisés une fiction et une interview.

« Train de vie« , fiction (10’20)
Quelques années de la vie d’une femme qui après un accident de la vie est tour à tour bénéficiaire puis bénévole dans un espace de solidarité.

« Paroles croisées d’usagers et d’élus sur les enjeux d’une politique communale d’action sociale« , interview (14’16)
Des élus répondent à chaud et sans filet au témoignage sensible de personnes vivant une précarité, usagers de l’aide alimentaire ou de lieux de solidarité.

Films réalisés en partenariat avec l’espace solidaire M.Yunus dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Département de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault.

Écriture du film janvier à mars 2016

Atelier frontignan1

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Tournage 4 et 5 avril 2016

 

 

 

Sortie de résidence & projection-débat

SAMEDI 23 JANVIER ,14h, Clermont l’Hérault

THÉÂTRE LE SILLON

Le réseau Urbsicopie et le Théâtre Le Sillon à Clermont l’Hérault vous invitent, samedi 23 janvier à partir de 14h à la présentation d’une étape de travail du projet de création France profondede la Cie la Grosse situation.
Après une phase de recherche d’un an qui les a conduit au Salon de l’Agriculture à ParisFrance-profonde-La-Grosse-situation1, à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dans le lotissement St-Martin de Paulhan…, les comédiennes vont, lors de leur résidence de création au Sillon, faire le point sur le chemin parcouru et commencer à imaginer la forme du spectacle. La Première pression sera l’occasion pour elles de partager cette phase du travail avec le public: réflexions, notes, matières brutes… les prémisses d’un spectacle qui verra le jour en 2017 !

Et aussi ! La Première pression sera suivie d’une projection-débat sur le thème de l’agriculture, proposée par Les Ziconofages (association membre du réseau Urbiscopie) et les co-réalisateurs\trices autour des extraits du film en cours de réalisation.
Affiche jeunes agriculteurs
Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.

Retour sur le festival du cinéma Méditerranéen

Un beau moment partagé au cinéma Utopia et à la salle Rabelais avec aussi des personnes venues dans le cadre du festival et qui n’étaient pas au courant des questions de discriminations. 280 spectateurs ont répondu présents, ce qui est exceptionnels pour des films régionaux!

IMG_4766  IMG_4758IMG_4790 IMG_4783 IMG_4751

La vidéo participative était aussi dans la presse (Midi Libre, France bleu Hérault mardi et jeudi, RCF, RPH…).

Nous avons récolté les impressions à la sortie des projections-débats:
IMG_4858 IMG_4857 IMG_4856 IMG_4855 IMG_4850 IMG_4849 IMG_4841 IMG_4842 IMG_4844 IMG_4846 IMG_4848

La vidéo participative au Cinémed

Les films Citoyens de seconde zone? (Journal de 2 mois de lutte, Le droit de vivre décemment)  et Un dîner presque pas fait ont été retenus pour être présentés dans la section « Filmer en région » du 37e Cinemed – Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier.

Les 3 films portent sur les inégalités de traitement à Montpellier et ont été co-réalisés par des habitants et les Ziconofages.

Venez nombreux\ses aux 2 projections-débats sur l’aide alimentaire, les discriminations au logement et à l’école !

Lire l’article du Midi libre sur les films

Mardi 27 octobre à 19h, Cinéma Utopia (arrêt tram St Eloi)

Jeudi 29 octobre à 16h, salle Rabelais (arrêt tram comédie ou corum)

Ces films ont été réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

tour-assas-1
Le droit de vivre décemment
PB_Image1
Journal de 2 mois de lutte
Affiche un diner 2
Un dîner presque pas fait

Extrait de le Droit de vivre décemment:

Bande annonce de le Droit de vivre décemment:

Extrait du Journal de deux mois de lutte :

ORGANISER UNE PROJECTION-DÉBAT SUR L’AIDE ALIMENTAIRE

VOUS SOUHAITEZ ORGANISER UNE PROJECTION-DÉBAT DANS VOTRE STRUCTURE, SUR L’ESPACE PUBLIC,  AUPRÈS D’UN GROUPE DE RÉFLEXION… CONTACTEZ-NOUS (lesziconofages@free.fr)

UN FILM COLLECTIF SUR L’AIDE ALIMENTAIRE
« Un dîner presque pas fait »

Des membres du Comité consultatif des allocataires du RSA de Montpellier ont travaillé à la conception d’un film avec l’aide de l’association les Ziconofages sur le thème de l’alimentation et notamment sur le rapport des personnes aux associations d’aide alimentaire.
Le film intitulé « Un dîner presque pas fait » d’une durée de 9 minutes est une fiction qui invite à la réflexion quant à l’accueil des allocataires par les bénévoles des associations d’aide alimentaire et à la question du maintien des liens sociaux quand on se nourrit exclusivement de colis alimentaires.
Ce film accompagné par celles et ceux qui l’ont réalisés, doit servir à sensibiliser les bénévoles associatifs et échanger sur les représentations.

Synopsis :
Un célibataire qui dispose de peu de revenus doit recevoir des amis et n’a pas d’autres choix que d’aller chercher un colis alimentaire. Il a en mémoire les confessions qu’il doit faire sur sa vie intime, la file d’attente et toujours les mêmes denrées de base. Heureusement il y a les copains…Affiche un diner 2

Note d’intention :
Un film pour :
– Interpeller les associations caritatives sur les ajustements nécessaires dans l’accueil et le contenu des colis. La précarité à changer mais les associations caritatives ne se sont pas adaptées.
– Lutter contre les préjugés et les représentations ; que les spectateurs puissent se mettre dans la peau du personnage et s’imprègnent d’autres réalités.
– Alerter les pouvoirs publics sur la situation des gens qui ne mangent pas correctement. Comment améliorer les conditions de vie ?
– Parler de l’alimentation, un sujet essentiel qui touche tout le monde. Une question de santé (malbouffe) et de lien social.
– Réveiller les consciences.

Un projet pour :
– Avoir une activité sociale, rencontrer des gens et améliorer l’estime de soi.
– Développer des compétences.
– Participer à une aventure utile.

Contacts :
Christel Lescrainier, les Ziconofages 06 03 12 29 48 et Ahmed El Ouadrhiri 06 12 71 14 61

Bande annonce Un diner presque pas fait

AIDE ALIMENTAIRE…la suite

Note d’intention :
Les co-réalisateurs/trices du film « Un dîner presque pas fait » ont souhaité allés à la rencontre d’autres formes d’aides alimentaires. Des initiatives innovantes ou même spontanées sont montrées à travers ces 2 films supplémentaires. Il s’agissait de creuser un peu plus des approches différentes.

L’Epso, une épicerie sociale pas comme les autres (11’28)
Synopsis :
Entretien et échanges entre une personne bénéficiant des services de cette épicerie et deux responsables de la structure. Présentation de la démarche, des problématiques d’approvisionnements, nécessite de travailler en partenariat, préjugés sur les associations caritatives.
Les glaneurs (11’28)
Synopsis :
Le collectif SOS SDF propose boissons chaudes et viennoiseries devant le tribunal de Montpellier alors que 3 personnes sont jugées pour vol de nourriture dans les poubelles d’un super marché de Frontignan.

Contacts :
Christel Lescrainier, les Ziconofages 06 03 12 29 48 et Nadège Pascal 06 63 89 11 40

UN FILM COLLECTIF MANGER A PETIT BUDGET
« Petits repas entre amis »

Suite à la projection du film « Un dîner presque pas fait » le 24/02 aux Lieux Ressources de la Pergola qui clôturait des « ateliers cuisiner malin », les participants, tous très volontaires, ont décidé de se retrouver pour continuer à réfléchir, à échanger et à partager sur la thématique de cuisiner à petits budgets.

Synopsis
Des participants d’un atelier de cuisine se retrouvent à mettre en pratique ce qu’ils ont appris pour manger malin, avec des produits de qualité, pour faire un repas pas très cher.
Ils discutent tout en cuisinant sur les bons plans où se fournir (à proximité ou en hyper ?), sur les recettes, les pubs, …
Où l’on retrouve le plaisir de cuisiner, de cuisiner à plusieurs et de partager un repas.

Note d’intention : Un film pour :
– Lutter contre les stigmatisations qui touchent les gens dit en assistanat : que les spectateurs puissent se mettre dans la peau des personnages
– Alerter les pouvoirs publics sur la question alimentaire des familles les plus précaires : manger est un gros budget. Il faut arriver à manger…
– Parler des bons plans des moyens de manger bien à petits budgets. L’alimentation est un sujet essentiel qui touche tout le monde. Une question de santé (malbouffe) et de lien social.

Un projet pour :
– Avoir une activité sociale, rencontrer des gens et améliorer l’estime de soi.
– Développer des compétences.
– Participer à une aventure utile.

Contact :
Pascal Biston, les Ziconofages 06 71 71 65 18

Ces films ont été réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier. Ils peuvent donner lieu à des projections débat, des ateliers de travail…