Archives de catégorie : Filmer avec les habitants

Ateliers Mineurs non accompagnés, illettrisme et métier 


Nous avons débuté mardi 7 décembre un cycle de 12 ateliers (jusqu’en mai 2022) en partenariat avec la PJJ, dans le cadre d’un appel à projet de la DRAC.

Nous accompagnons des mineurs étrangers hébergés en foyer dans des créations audiovisuelles sur les thèmes du FLE, du parcours de vie et la recherche d’emplois ou de formations.

Nous avons prévu de permettre aux participants de réaliser leurs propres enquêtes sur différents métiers et interviews de professionnels pour une mise en perspective avec leurs propres expériences et cultures. 

Stage vidéo jeunes d’automne – inscriptions ouvertes !

Les Ziconofages organisent un stage vidéo jeunes pendant les vacances d’automne sur le thème de la société du futur.

A quoi ressembleront les villes du futur ? La communication, les technologies, les relations ? Quels changements affecteront les humains ? Autant de questions que nous aborderons dans ce stage et qui permettront aux participants de s’interroger, d’expérimenter des techniques audiovisuelles variées (interviews, documentaire, stop motion…) et de s’initier au modelage. Au cours de la semaine, les jeunes bénéficieront de l’intervention d’une céramiste et d’une architecte et seront accompagnés par un animateur des Ziconofages pour produire leurs propres films. 

Lieux : Centre social Mille et une familles (quartier Gambetta), CAUE (quartier Gambetta) et Coopérative culturelle la Tendresse (quartier les Grisettes)
Horaires : 10h-16h
Coût : participation libre, adhésion à l’association à prix libre obligatoire 
Renseignements et inscriptions : Boris Bouremani : 07 67 81 53 11 / boris.ziconofages@gmail.com

Le stage est déjà presque complet, il reste à peine quelques places ! Si vous connaissez des jeunes susceptibles d’être intéressés, merci de leur transmettre l’information rapidement. Les fiches d’inscriptions seront transmises par mail.

Intercollectif de la Paillade

L’Intercollecti de la Paillade, 26′, couleur (2020)

Dans le cadre d’une mobilisation en porte-à-porte au sein du quartier de la Paillade, notre salarié en poste adulte relais a favorisé la création de plusieurs collectifs d’habitants en 2019.

Durant plusieurs mois, ces différents collectifs se sont réunis, ont échangé et participé à des actions diverses afin de faire entendre leurs voix sur des problématiques rencontrées au sein de leurs logements.

Peu à peu, ces collectifs ont fusionné pour devenir une seule et même entité, regroupant un ensemble d’habitants d’un même quartier désireux d’agir collectivement, de contribuer à l’amélioration de leur cadre de vie et de prendre part aux débats agitant leur environnement.

De cet intercollectif est né un film co-construit par les habitants, retraçant leur démarche de mobilisation collectif et leur rapport à la vidéo comme outil de médiation. Pour le visionner, contactez-nous par mail : lesziconofages@gmail.com ou par téléphone au 06 71 71 65 18.

Ce film a été réalisé avec le soutien de :

Ecole et confinement

15 films courts, couleur, HD, documentaire, 2020

Enseignant à mi-temps, ma caméra m’a accompagné entre avril et mai dans le lien que mène notre équipe enseignante auprès des familles. 15 films courts de 3 à 8 minutes sur la relation enseignants/familles de QPV ou familles sans ressources ont ainsi été réalisés.

Comment le lien a-t-il été maintenu ? Comment les familles ont-elles vécu la continuité pédagogique et l’accompagnement de leurs enfants ? Comment la question des espaces et du matériel a-t-elle modifié le rapport à l’apprentissage ?

Autant de questions abordées dans ces films qui ont également suscité  l’intérêt du rectorat et de la chercheuse Geneviève Zoïa, anthropologue et professeure à l’université de Montpellier

Pascal Biston, coordinateur des Ziconofages

Pour visionner les autres films réalisés sur cette thématique, contactez-vous par mail : lesziconofages@gmail.com ou par téléphone au 06 71 71 65 18.

Ce projet a été réalisé avec le soutien de :

Aide alimentaire et confinement

Les confinements de 2020 et la période particulière que nous vivons nous ont amenés à travailler moins avec les habitants des quartiers populaires politique de la ville, et plus avec les associations d’urgence humanitaire et leurs publics.

Dans ce cadre, nous avons réalisé trois films autour de l’aide alimentaire. Pour les visionnez, vous retrouverez notre contact en bas de page.

Film : La plateforme humanitaire d’aide alimentaire, 17’15, vidéo HD, couleur, documentaire, 2020

Mars 2020 a été marqué par la mise en place d’un confinement national suite à la crise sanitaire internationale du Covid 19. Dans ce contexte très particulier, les personnes en situation de précarité ont été particulièrement fragilisées. Ainsi, afin d’éviter une crise alimentaire en plus de la situation sanitaire, une coordination d’associations a mis en place une plateforme humanitaire destinée à permettre la récupération de nourriture, la conception et la distribution de colis alimentaires à 5000 personnes à Montpellier, en lien avec la ville et le département.

Après une première distribution ayant révélé des difficultés logistiques, le Secours Populaire est entré dans la coordination auprès du Secours Catholique, la Ligue des Droits de l’Homme, Area, Deux Choses Lune, la Cimade, Médecins du Monde, la Petite Cordée et Luttopia pour une mutualisation des moyens.

A travers des interviews de bénévoles et bénéficiaire, ce film présente le fonctionnement et les réflexions associées à cette belle action d’urgence, collective et inédite, qui a permis de monter et distribuer près de 1000 colis par jour.

Film : Initiative à la Carmagnole, 5’18, vidéo HD, documentaire, couleur, 2020

La Carmagnole, lieu de concerts et d’évènements à Figuerolles, a fermé lors du confinement lié au Covid. Des bénévoles ayant entendu que la Banque alimentaire jetait des produits faute de n’être pas distribués, une aide alimentaire a été mise en place pour les habitants du quartier qui n’avaient plus de revenus et plus de soutien des associations habituelles. Le film retrace cette initiative.

Film : Le projet DALE, Distribution Alimentaire Locale et Eco-solidaire, 5’03, vidéo HD, couleur, documentaire, 2020

Ce court film présente le projet DALE mené par l’association la Cinquième Saison durant le confinement.

Des bénévoles se sont rendus chez des producteurs pour les aider à produire et récolter, acheter puis distribuer leurs production. L’objectif : soutenir les producteurs mais aussi faire don de nourriture à des publics précaires.

Suite à donner aux films

Ces films de l’action Outils vidéos participatifs n’ont pas réellement pu se faire de manière participative. C’est notre connaissance des acteurs de l’aide sociale et humanitaire qui nous a permis de garder trace de ces actions bénévoles ayant donné lieu à une aide alimentaire essentielle aux personnes les plus démunies.

Nous espérons que ces films pourront servir à des associations ou collectifs pour échanger autour de la construction d’actions humanitaires.

Cette action outils vidéo participatif est soutenue par le conseil départemental de l’Hérault, l’ANCT, la DDCS de l’Hérault, la Drac Occitanie, La Caf de l’Hérault. S’ajoute en 2021 la Fondation de France.

Stages vidéo jeune d’été – inscriptions ouvertes !

12 < 16 juillet
2 < 6 août

 

Cet été, les Ziconofages proposent deux stages vidéo pour des jeunes de 11 à 15 ans.
 
12 < 16 juillet : « CORRESPONDANCES »

Ce stage organisé en partenariat avec l’Ipeicc, le Relais des enfants et Oaqadi proposera une correspondance entre plusieurs groupes de jeunes dans différents lieux de la ville et interrogera les moyens de communiquer à travers les époques.

Lieux : lieux multiples
Horaires : 10h < 13h
Coût : participation libre
Renseignements et inscriptions : Boris 07 67 81 53 11 / boris.ziconofages@gmail.com

2 < 6 AOÛT : « MATIÈRE ET MAGIE : s’inventer, se chercher, se métamorphoser »

A partir de l’exposition « Cosmogonies » du MO.CO Hôtel des Collections, ce stage questionnera le lien entre créativité et identité. En s’inspirant d’artistes africains, les participants seront amenés à créer leurs propres récits audiovisuels en jouant des matières réelles ou légendaires.

Lieu : MO.CO Hôtel des Collections 
Horaires : 10h-13h
Coût : participation libre
Renseignements et inscriptions : Eléa 06 22 99 49 19 / elea@lesziconofages.org

Si vous connaissez des jeunes susceptibles d’être intéressés, merci de leur transmettre l’information. Les fiches d’inscriptions seront transmises par mail.

D’avance nous vous remercions.

L’équipe des Ziconofage

Un documentaire sur la jeunesse réalisé avec des jeunes en situation de décrochage scolaire

En 2020, nous avons participé à une nouvelle session du dispositif Déclic, en partenariat avec l’association Acteurs. Né en 2019, ce dispositif régional adressé aux mineurs à partir de 16 ans en situation de décrochage scolaire propose une formation de trois mois, premier sas avant l’intégration d’une formation professionnelle ou un retour à la vie scolaire. Composé de plusieurs d’ateliers et d’un suivi individuel, basé sur une reprise de rythme progressive, il vise à favoriser le « raccrochage » en travaillant notamment sur la confiance en soi et en redéveloppant le goût des apprentissages.

Le dispositif a démarré en octobre 2020 et s’est achevé en janvier 2021. 20 ateliers ont été animés par deux intervenants des Ziconofages, en deux temps :

Premier temps : initiation et formation aux bases technique de l’audiovisuel, à l’écriture, au jeu d’acteur et à la réalisation de fiction.

Second temps : initiation au genre documentaire et réalisation d’un documentaire de 30 minutes intitulé En bande déscolarisée.


Synopsis du documentaire :

En bande déscolarisée dévoile le quotidien de sept jeunes très différents en recherche d’avenir. En situation de décrochage scolaire avant l’intégration de Déclic, Jenifer, Maëlys, Adam, Pablo, Mathéo, Louane et Sébastien nous livrent des morceaux d’eux et nous racontent leur réalité, s’exprimant tour à tour sur leurs difficultés, leur passé, leurs rêves, leur rapport à l’amitié ou à la famille. Co-construit avec les jeunes, ce film est le fruit de 7 journées d’ateliers.

Note d’intention :

A quelles difficultés fait-on face à l’aube de l’entrée dans l’âge adulte ? Quel rapport aux autres et au monde développe-t-on lorsque l’on est confronté à des contextes familiaux difficiles, des placements en foyer, des problématiques scolaires ou identitaires ? Qu’est-ce qui nous lie, nous différencie ?

Avec En bande déscolarisée, un groupe de jeunes a souhaité évoquer ces questions en se livrant, face à une caméra, sur leur rapport à l’école, aux amis ou encore à la famille, sur leur quotidien de décrocheur, sur leurs désirs et leurs problématiques. A travers ces bribes de portraits sincères captées au cours d’ateliers, les jeunes ont souhaité livrer un récit réaliste, sans filtre, de leur[s] vision[s] du monde.

Ici, les jeunes – tous très différents – ont été rassemblés par un point commun, celui d’être en décrochage scolaire depuis quelques mois ou quelques années. Cette situation, tous l’ont exprimée comme difficile voire douloureuse. La question du rythme, des jours et des nuits qui s’inversent, du rapport à l’isolement, est revenue à de nombreuses reprises au cours de la construction du film. Les jeunes ont donc souhaité partir de ces observations sur la façon dont le décrochage a transformé leur quotidien pour tisser ensuite des portraits autour de thématiques plus larges, et y imbriquer l’idée d’espoir : l’espoir d’identifier ou renouer avec ses désirs, de les éclaircir pour ensuite leur donner vie, de sortir du chaos, de la galère, du deal, du vide : « On est là ». Cette phrase revient comme un leitmotiv à plusieurs reprises dans leurs mots. Et c’est bien ce message là que porte le film avant tout : être là, et continuer.

En bande déscolarisée a été construit sur une alternance entre des interviews, des séquences d’échange en groupe, des textes écrits ou dits et des séquences « clippées », réalisées à partir de déambulations, de danse, de plans réalisés par les jeunes et d’images issues de leurs téléphones portables. Il était essentiel pour les jeunes que le film porte une forme d’authenticité et qu’ils puissent pleinement s’y reconnaître, à la fois dans les propos mais aussi dans l’ajout d’images et de musiques choisies.

Ce film est donc un véritable projet collectif portant une vision du monde à la fois intime et plurielle.

Pour visionner le film, contactez Eléa Marini au 06 22 99 49 19.

Retour sur notre projet Rêves – session 2020

Des week-ends pour rêver et questionner la notion de territoire

Nous avons lancé en 2020 la deuxième édition de ce projet, en partenariat avec l’Ipeicc et l’espace Famille Croix d’argent.

Les objectifs :

  • s’approprier un territoire urbain et rural ;
  • faire émerger des représentations liées à un territoire, s’interroger sur celles-ci et les faire évoluer ;
  • favoriser le décloisonnement social en permettant la rencontre entre des personnes qui se côtoient peu ou pas ;
  • favoriser l’ouverture culturelle ;
  • s’initier à l’audiovisuel et à d’autres pratiques artistiques ;
  • favoriser l’expression par le biais d’outils vidéo de médiation ;
  • se revaloriser et prendre confiance en soi en devenant acteur d’un projet collectif.

—– ETAPE 1 : Week-end en zone rurale, 20 et 21 juin 2020

Afin de respecter les conditions sanitaires en vigueur au mois de juin, nous avons fait le choix de diviser les 7 familles participantes en trois sites différents de l’arrière pays, chaque groupe étant limité à 10 et accompagné par 1 intervenant des Ziconofages et 1 intervenant artistique.

Dans chacun des lieux, les familles ont pu découvrir un espace rural, s’initier à la vidéo, passer une nuit en gîte et participer à des ateliers artistiques avec la compagnie Virgule (danse), la compagnie la Hurlante (théâtre de rue) et la compagnie à tiroirs (clown et théâtre d’objets).

—– ETAPE 2 : Ateliers de montage, projection et réflexion autour du projet, juillet-septembre 2020

A la suite de la première étape du projet, nous avons mené quatre ateliers de montage des images réalisées lors du week-end. Nous avons ensuite organisé deux projections en cercle restreint des trois films courts retraçant l’ambiance et la richesse des week-end.

Ce temps a également été l’occasion d’échanger sur la suite à donner au projet. Le thème de la rivière en zone urbaine a été choisi par les familles, désireuses de sortir de leurs quartiers et d’explorer des espaces naturels au sein de la ville.

—– ETAPE 3 : Journées en zone urbaine

Samedi 21 novembre : Rêves sur les quais du Verdanson

Au cours de cette journée, nous avons retrouvé une partie des familles ainsi qu’Olivier de la Compagnie à Tiroirs pour une rencontre avec l’artiste graffeur No Luck et une après-midi créative sur les bords sur Verdanson.

Après une découverte de l’espace et des échanges autour des liens rivière/environnement urbain / street art, les intervenants artistiques ont proposé un atelier de création de symboles peints sur carton et une création de volumes pour réaliser une fresque collective.

Samedi 5 décembre : Rêves sur les bords du Lez

Cette journée a réuni trois familles, une salariée du centre APAJ, une éducatrice accompagnatrice et 2 comédiens de la compagnie la Hurlante pour une réflexion sur la mémoire d’un lieu.

Nous avons démarré par une écoute du documentaire sonore « Les Jayes des Barques », autour du bidonville des barques présent dans le quartier à la fin des années 50. Nous avons ensuite travaillé et échangé à partir d’une exposition photo sur le bidonville. Enfin, les comédiens ont proposé un atelier théâtral autour des photos de l’exposition et de l’histoire du quartier avant de terminer la journée par une lecture de textes mise en musique.

—– BILAN

Depuis près d’un an, la crise sanitaire amplifie la fragilité des personnes les plus précaires et exacerbe l’isolement des personnes. Après un confinement vécu comme très douloureux pour ces familles en difficulté (vivant en squat, en quartier populaire ou en grande difficulté sociale), le projet est arrivé pour les familles comme une bouffée d’oxygène. Il a permis :

  • de sortir de chez soi, de renouer avec des espaces vastes et ruraux ;
  • de favoriser le lien social, voire de passer du temps avec sa propre famille dans le cas de familles suivies par l’A.S.E avec enfants placés ;
  • de s’initier à des pratiques créatives et artistiques nouvelles : la vidéo, la danse, le théâtre ;
  • d’échanger autour de la question des territoires et de la mémoire d’un lieu.

Nous envisageons, dès que les conditions sanitaires le permettront, de proposer un événement qui restituera ces différentes étapes sous forme de spectacle/projection.

Pour plus de renseignements sur ce projet, vous pouvez nous contacter par mail : lesziconofages@gmail.com ou par téléphone au 06 71 71 65 18 ou 06 22 99 49 19

Ce projet a été réalisé avec le soutien de :

Le film du stage jeune l’ABCDaire est en ligne

Le film du stage vidéo jeunes de l’automne, l’ABCDaire de la ville est en ligne ici https://youtu.be/r7CIPVykxJ8

Allez le voir, likez le, partagez le! Attention c’est presque 30 minutes, mais il est tellement riche de surprises, de pépites et de joie de vivre!

Avec les animateurs audiovisuels des Ziconofages , les comédiens du Cabinet de Mythographes, les 14 jeunes participants, nous découvrons les mythes autour de la création des villes; déambulons dans l’espace urbain, réalisons des films.

La ville est un récit : les villes premières villes sumériennes sont nées avec l’écriture, nous fabriquons un ABCDaire, nous jouons avec les écritures (le alif est dans toutes les alphabets, c’est la vache). L’ABCdaire est notre fil rouge permettant de jouer sur du film d’animation, de poser des courtes fictions ou courts documentaires réalisés dans la semaine.

Les Mythos sont des experts en curiosité et en mensonges : nous faisons mentir les images, nous menons une enquête pour vérifier les idées naissantes, utilisons nos 5 sens, une valise de curiosités. Nous changerons de noms, adoptons une ville imaginaire, … nous fabriquons des fictions à côté du réel, nous empruntons des passages secrets…

Avec le soutien de l’ANCT, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault, le Conseil Départemental de l’Hérault;

Stage vidéo jeunes 19-23 octobre

Avec les animateurs audiovisuels des Ziconofages et les comédiens du Cabinet de mythographes, nous découvrirons les mythes autour de la création des villes; nous déambulerons dans l’espace urbain, réaliserons des films.

Stage vidéo destiné au jeunes 11-15 ans – Première semaine des vacances scolaire du 19 au 23 octobre – Lieu Centre social Mille et une familles au 23 rue Dom Vaissette, Montpellier – Tram 3 arrêt Saint Denis.

Ateliers de 10h à 16h. Possibilité d’accueil de 9h à 17 h. R repas tiré du sac à apporter.

Les stages sont à prix libre, et sont financés dans le cadre de VVV par l’ANCT, la Caf, le département de l’Hérault, la Drac.
N’hésitez pas à nous appeler pour plus
d’informations. 07 67 81 53 11