Archives pour l'étiquette agriculture

Rencontres découverte d’outils sur la précarité alimentaire et l’installation de paysans dans l’Hérault les 18 et 19 janvier

Notre association développe des outils vidéo sur la précarité alimentaire et l’accès à la terre et à des circuits courts pour des jeunes qui souhaitent s’installer comme paysan.

Nous proposons aux personnes concernées par ces thématiques une demi-journée (ou plus) de rencontre autour de ces films: lesquels choisir, comment les utiliser, pour qui ? Pourquoi ? Venez les découvrir et  préparer avec nous une future projection-débat permettant :

  • de développer du pouvoir d’agir en associant publics concernés, professionnels et décideurs ;

  • une transformation sociale en accompagnant des outils de plaidoyer ;

    • le développement local :en faisant résonner des initiatives déjà en place et en s’attachant à une réalité de territoire (forces et contraintes) ;

    • le partage et la valorisation d’expériences ;

    • de favoriser la transversalité des savoirs.

Inscrivez vous dans le framadate suivant avant le 12 janvier.  Dates possibles Mercredi 18, jeudi 19 janvier.  Si vous venez à plusieurs de votre structure, inscrivez les personnes séparemment, afin de pouvoir prévoir le nombre de personnes, merci aussi de précisez votre structure. Lieu : Montpellier, la Tendresse, 2049 route de Toulouse, (facile de se garer) ou transport en commun (Ligne de tram 2 arrêt Sabines).

Lien framadate : https://framadate.org/pWvJ72HzUX34TuLz

N’hésitez pas à faire suivre cet évènement et ce courriel aux personnes de votre réseau susceptibles d’être intéressés;

 

Voici quelques infos sur ces films outils :

Nous réalisons ces films dans le cadre de formations-actions qui touchent une soixantaine de personnes par an, les projections débats entre 800 et 1200 spectateurs.

Les films outils sont réalisés avec les publics directement concernés par le sujet traité apportent un diagnostic de territoire. L’expertise d’usage des habitants est aujourd’hui reconnue dans les textes qui régissent les politiques publiques. Ces films sont ensuite complétés, éclairés, confrontés aux regards des acteurs de terrain, chercheurs, acteurs institutionnels et décideurs. Ces diagnostics partagés permettent d’engager des discussions rationnelles et non plus construites autour de représentations; ils sont lors de projections des outils de débats, de réflexion et de construction de proposition (documents écrits des débats complétant les diagnostics des films et proposant des pistes de réflexion). Ces projections-débats sont toujours accompagnées par les co-réalisateurs. Elles peuvent être publiques (cinéma d’art et d’essai, festivals, Maisons pour tous, … ou privées (formation des étudiants et de bénévoles d’association, sensibilisation des élus, lors de tables rondes d’échanges avec les travailleurs sociaux,…).

Retrouvez les synopsis et note d’intention des films ici : http://lesziconofages.org/2016/07/sinstaller-paysan/ et là : http://lesziconofages.org/2016/01/atelier-video-a-frontignan/ et encore là : http://lesziconofages.org/2014/10/fabrication-dun-film-collectif-sur-laide-alimentaire/

Ces actions sont réalisées dans le cadre « d’Outils vidéo participatifs », un projet des Ziconofages financé par la CGET (DDCS), le Département de l’Hérault, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault.

Le 7 octobre A table!

Aux Palabrasives

Vendredi 7 octobre
(à Villeneuve-lès-Maguelone)

Projections-discussions & banquet modeste, autour de

l’aide alimentaire, la récupération,

la production agricole de proximité.

Films du réel et témoignages à l’appui, nous goûterons des préparations concoctées avec les produits venant de ces 3 sources d’approvisionnement, pour aiguiser une réflexion politique sur l’alimentation.

Avec les Ziconofages, la coordination Luttopia, Champs libres

RDV à 20h sous le chapiteau des Palabrasives (Villeneuve-lès-Maguelone)

 Entrée libre, banquet modeste à prix libre

Projections-débats-dégustations:

Le programme complet du festival

palabrasives

S’installer paysan, sans terre et sans capital

Film documentaire, 1h04, 2016, production les Ziconofages

Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.

Visualiser le début du film:

Affiche jeunes agriculteursSynopsis :

De la difficulté de s’installer en tant que jeunes paysans sans capital de départ et sans être héritier de la terre. Nadia, Byron, Pipenn expérimentent sur un jardin proche de Montpellier tout en étant à la recherche d’une terre. Ils vont à la rencontre d’autres paysans, déjà installés, pour échanger sur la réalité d’aujourd’hui.

Dans une seconde partie, des exemples de projets collectifs montrent que des solutions existent et qu’elles doivent être valorisées et étendues.

Note d’intention : Pourquoi le film ?

– On est tous lié de prêt ou de loin à l’agriculture. On veut montrer que cette nouvelle agriculture, locale, non industrielle, respectueuse de l’environnement et des consommateur est viable et légitime.

– Beaucoup de jeunes sont en cours d’installation tout en étant au RSA, en galère, à la recherche de terre et souhaitent avoir un appui.

– Le film vise à déconstruire les préjugés sur ces nouveaux paysans : « ils n’ont pas d’expérience », « ce n’est pas rentable », « ils ne nourriront pas la planète »…

– Il est urgent de répondre à la question quels choix agricoles pour se nourrir sainement et localement ?

– Diffuser des idées, sensibiliser : sur la question du retour à la terre « une petite solution à un grand problème », sur une autre manière de vivre, gagner peu mais être heureux, refuser et dénoncer la situation des maraîchers aujourd’hui qui travaillent 70h/ semaine pour gagner 300€ ou 400€ par mois.

– La diffusion du film pourrait ouvrir vers des gens qui ont de la terre et créer un autre réseau que celui de la Safer.

– Pourquoi beaucoup de jeunes veulent retourner à la terre, à la ruralité. Comment s’y prennent-ils ?

– Porter un regard extérieur sur le groupe en maraîchage.

– Montrer que le terrain est à la fois un terrain agricole et un terrain de loisir « c’est chouette d’avoir notre petit bout de campagne », montrer que c’est une aventure collective.

– Le film est pour nous l’occasion de mener une réflexion, trouver une ligne directrice à notre projet.

– sensibiliser les propriétaires

Partenaires :Collectif Champs Libres,

Marchés paysans de l’Hérault, Boutique de producteurs de Clermont l’Hérault

Conseil départemental de l’Hérault, DDCS, DRAC LR, Caf de l’Hérault

Synopsis détaillé

S’installer paysan sans terre ni capital

Intro : une demande de bio et de circuit court mais pas de réponse locale, malgré un réseau naissant.

1- Des exemples de jeunes qui s’installent dans l’Hérault: Nadia-Byron-Pippen, Johan, Mickael, David, Yoann, Yezid, Sébastien

– Ils sont hors cadre familial, ont fait des formations agricoles, ils veulent créer leur emploi sur 1ha en maraichage. (N-B-P, Johan)

– Ils cultivent en bio, en respectant la terre, souvent avec des ânes, ont des envies de collectifs, de projets de vie, de se faire plaisir, d’expérimenter (N-B-P, Johan)

– Ils rencontrent des difficultés d’accès au foncier alors que « mathématiquement il y a de la place pour s’installer » :

– Pression foncière :

– spéculation et demande de logements l’exemple de Jacou / (Calvat)

– viticulture mécanisée (Mickael)

– Pas de moyens pour acheter ; (David, Byron, Jarrige)

– Non accès à l’information car transactions entre familles d’agriculteurs. (Jarrige)

– Pas de soutien de la Safer ni des organismes de la Chambre d’agriculture (Yezid, David)

– Terres pauvres nécessitant beaucoup d’année de préparation (Mickael) ou inondables (Yezid)

– Dureté du métier ou tout est à construire (Mickael, Johan)

– Peu rentable au départ (Mickael, Johan)

– Peu soutenu par les banques (Mickael, Johan)

– Ne sont pas dans un modèle productiviste (Serge Azaïs)

– Pas d’habitat sur place alors que c’est une nécessité , ou problème d’habitat léger. (Nadia)

– Problème du local de stockage (Michael, Johan)

– Pas forcement de soutien des mairies ou des habitants (Michael, Johan)

2 Les atouts de ces nouveaux paysans :

-Un respect de l’environnement : nappe phréatique, effet de serre, lutte incendie,… (Yézid, Johan) ;

-Une demande des habitants (maire de St gély du Fesc)

Le film peut s’arrêter là, à 34′

3 Des exemples de projets collectifs à suivre pour aider à l’installation :

3- Une commercialisation en circuit court et en vente direct : la vente en demi gros (Johan), les marchés (David, Yohan) et les Amap (Yézid, Mickael)

– La transformation une plus value (Yoan, Boutiques paysannes)

– Le collectif : exemple des boutiques de producteurs ;

– Le rôle des pouvoirs publics (Domaine de Viviers, place de l’agriculture dans le territoire, fiscalité des transactions)

– La terre , un patrimoine privé ou un patrimoine collectif ? l’exemple de la fiscalité aux Pays bas

– La sensibilisation des propriétaires qui partent à la retraite et le développement des fermages : La SCTL, un exemple de non spéculation foncière

– Des signes d’ouvertures avec des terres qui vont se libérer pour des petits maraichers.

Conclusion : Y’a de la place pour ces nouveaux paysans ;

Les politiques publiques doivent les encourager ;

C’est la fin d’une agriculture industrielle, place à une agriculture paysanne écologique et en circuit court. C’est possible !

Partie 2 30′

Avec la Participation

de Byron, Pepone et Nadia du collectif Champs Libres

Vincent Nourigat, de l’association Marchés paysans de l’Hérault,

de Dominique Soulier, Maud Vanlaer, Marianne, Mickael, Pierre Bodot des Boutiques de producteurs de Clermont l’Hérault et de St Gély

de Johan Crance de la coopérative de Consommateur l’Arbre à paniers

de Mickael Decker de l’Amap des Paniers du Pic

de Yézid Allaya de l’association Lutin Jardin,

de Georges Vincent, Maire de ST Gély du Fesc

de Renaud CalvatMaire de Jacou et Vice Président du Département de l’Hérault

de Françoise Jarrige, enseignante chercheuse Sup-agro

de Yoan Carensac et Frédéric Prunet du Gaec les Truels du Larzac

de Serge Azaïs, Viticulteur et président de Terres Vivantes

de David Lereu, maraîcher en Coeur d’Hérault,

Tournage :

Ahmed, Sandrine, Pascal G, Nadia, Byron, Pipone, Emmanuel, Samira,

Chantal, Vincent, Christel, Pascal B, Mossi

Réalisation et Montage

Pascal Biston

Avec le soutien de

Conseil départemental de l’Hérault, DDCS de l’Hérault, DRAC LRMP, Caf de l’Hérault,

Production

Les Ziconofages

Sortie de résidence & projection-débat

SAMEDI 23 JANVIER ,14h, Clermont l’Hérault

THÉÂTRE LE SILLON

Le réseau Urbsicopie et le Théâtre Le Sillon à Clermont l’Hérault vous invitent, samedi 23 janvier à partir de 14h à la présentation d’une étape de travail du projet de création France profondede la Cie la Grosse situation.
Après une phase de recherche d’un an qui les a conduit au Salon de l’Agriculture à ParisFrance-profonde-La-Grosse-situation1, à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dans le lotissement St-Martin de Paulhan…, les comédiennes vont, lors de leur résidence de création au Sillon, faire le point sur le chemin parcouru et commencer à imaginer la forme du spectacle. La Première pression sera l’occasion pour elles de partager cette phase du travail avec le public: réflexions, notes, matières brutes… les prémisses d’un spectacle qui verra le jour en 2017 !

Et aussi ! La Première pression sera suivie d’une projection-débat sur le thème de l’agriculture, proposée par Les Ziconofages (association membre du réseau Urbiscopie) et les co-réalisateurs\trices autour des extraits du film en cours de réalisation.
Affiche jeunes agriculteurs
Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.