Archives pour l'étiquette vidéo participative

Rencontres découverte d’outils sur la précarité alimentaire et l’installation de paysans dans l’Hérault les 18 et 19 janvier

Notre association développe des outils vidéo sur la précarité alimentaire et l’accès à la terre et à des circuits courts pour des jeunes qui souhaitent s’installer comme paysan.

Nous proposons aux personnes concernées par ces thématiques une demi-journée (ou plus) de rencontre autour de ces films: lesquels choisir, comment les utiliser, pour qui ? Pourquoi ? Venez les découvrir et  préparer avec nous une future projection-débat permettant :

  • de développer du pouvoir d’agir en associant publics concernés, professionnels et décideurs ;

  • une transformation sociale en accompagnant des outils de plaidoyer ;

    • le développement local :en faisant résonner des initiatives déjà en place et en s’attachant à une réalité de territoire (forces et contraintes) ;

    • le partage et la valorisation d’expériences ;

    • de favoriser la transversalité des savoirs.

Inscrivez vous dans le framadate suivant avant le 12 janvier.  Dates possibles Mercredi 18, jeudi 19 janvier.  Si vous venez à plusieurs de votre structure, inscrivez les personnes séparemment, afin de pouvoir prévoir le nombre de personnes, merci aussi de précisez votre structure. Lieu : Montpellier, la Tendresse, 2049 route de Toulouse, (facile de se garer) ou transport en commun (Ligne de tram 2 arrêt Sabines).

Lien framadate : https://framadate.org/pWvJ72HzUX34TuLz

N’hésitez pas à faire suivre cet évènement et ce courriel aux personnes de votre réseau susceptibles d’être intéressés;

 

Voici quelques infos sur ces films outils :

Nous réalisons ces films dans le cadre de formations-actions qui touchent une soixantaine de personnes par an, les projections débats entre 800 et 1200 spectateurs.

Les films outils sont réalisés avec les publics directement concernés par le sujet traité apportent un diagnostic de territoire. L’expertise d’usage des habitants est aujourd’hui reconnue dans les textes qui régissent les politiques publiques. Ces films sont ensuite complétés, éclairés, confrontés aux regards des acteurs de terrain, chercheurs, acteurs institutionnels et décideurs. Ces diagnostics partagés permettent d’engager des discussions rationnelles et non plus construites autour de représentations; ils sont lors de projections des outils de débats, de réflexion et de construction de proposition (documents écrits des débats complétant les diagnostics des films et proposant des pistes de réflexion). Ces projections-débats sont toujours accompagnées par les co-réalisateurs. Elles peuvent être publiques (cinéma d’art et d’essai, festivals, Maisons pour tous, … ou privées (formation des étudiants et de bénévoles d’association, sensibilisation des élus, lors de tables rondes d’échanges avec les travailleurs sociaux,…).

Retrouvez les synopsis et note d’intention des films ici : http://lesziconofages.org/2016/07/sinstaller-paysan/ et là : http://lesziconofages.org/2016/01/atelier-video-a-frontignan/ et encore là : http://lesziconofages.org/2014/10/fabrication-dun-film-collectif-sur-laide-alimentaire/

Ces actions sont réalisées dans le cadre « d’Outils vidéo participatifs », un projet des Ziconofages financé par la CGET (DDCS), le Département de l’Hérault, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault.

Luttopia vivra

La vie partagée dans un squat: projections-débats avec les co-réalisateurs/trices, en partenariat avec la coordination Luttopia.

Festival Xclus, xclus-visuel-credit-serge-bloch

Dimanche 25 septembre à 18h au Royal occupé,
Soirée contes (pour adultes) et projections (tout public) sur la thématique de l’exclusion.
13 rue Boussairolles, Montpellier. Prix libre et solidaire.

Festival Alternatiba,index

Samedi 1er octobre à Celleneuve
Déambulations dans la rue Marcelin Albert
A partir de 16h, Montpellier

 

Image luttopiaDes habitants du squat Luttopia 02 ont fait appel aux Ziconofages pour filmer et raconter eux-mêmes leur propre histoire, leur propre réalité.Suite à plusieurs ateliers un film est né, « Luttopia vivra ».

Synopsis:
Des habitants du squat Luttopia à Montpellier racontent 24h dans ce lieu de vie collectif. Ils témoignent  de la solidarité et de la fraternité qui existent dans un monde qui n’est pas fait pour les plus démunis…A quoi sert le squat Luttopia, qui sont ses habitants et qu’est ce qu‘il apporte à leur vie ?

Film réalisé dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs avec le soutien du Conseil Départemental de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

 

S’installer paysan, sans terre et sans capital

Film documentaire, 1h04, 2016, production les Ziconofages

Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.

Visualiser le début du film:

Affiche jeunes agriculteursSynopsis :

De la difficulté de s’installer en tant que jeunes paysans sans capital de départ et sans être héritier de la terre. Nadia, Byron, Pipenn expérimentent sur un jardin proche de Montpellier tout en étant à la recherche d’une terre. Ils vont à la rencontre d’autres paysans, déjà installés, pour échanger sur la réalité d’aujourd’hui.

Dans une seconde partie, des exemples de projets collectifs montrent que des solutions existent et qu’elles doivent être valorisées et étendues.

Note d’intention : Pourquoi le film ?

– On est tous lié de prêt ou de loin à l’agriculture. On veut montrer que cette nouvelle agriculture, locale, non industrielle, respectueuse de l’environnement et des consommateur est viable et légitime.

– Beaucoup de jeunes sont en cours d’installation tout en étant au RSA, en galère, à la recherche de terre et souhaitent avoir un appui.

– Le film vise à déconstruire les préjugés sur ces nouveaux paysans : « ils n’ont pas d’expérience », « ce n’est pas rentable », « ils ne nourriront pas la planète »…

– Il est urgent de répondre à la question quels choix agricoles pour se nourrir sainement et localement ?

– Diffuser des idées, sensibiliser : sur la question du retour à la terre « une petite solution à un grand problème », sur une autre manière de vivre, gagner peu mais être heureux, refuser et dénoncer la situation des maraîchers aujourd’hui qui travaillent 70h/ semaine pour gagner 300€ ou 400€ par mois.

– La diffusion du film pourrait ouvrir vers des gens qui ont de la terre et créer un autre réseau que celui de la Safer.

– Pourquoi beaucoup de jeunes veulent retourner à la terre, à la ruralité. Comment s’y prennent-ils ?

– Porter un regard extérieur sur le groupe en maraîchage.

– Montrer que le terrain est à la fois un terrain agricole et un terrain de loisir « c’est chouette d’avoir notre petit bout de campagne », montrer que c’est une aventure collective.

– Le film est pour nous l’occasion de mener une réflexion, trouver une ligne directrice à notre projet.

– sensibiliser les propriétaires

Partenaires :Collectif Champs Libres,

Marchés paysans de l’Hérault, Boutique de producteurs de Clermont l’Hérault

Conseil départemental de l’Hérault, DDCS, DRAC LR, Caf de l’Hérault

Synopsis détaillé

S’installer paysan sans terre ni capital

Intro : une demande de bio et de circuit court mais pas de réponse locale, malgré un réseau naissant.

1- Des exemples de jeunes qui s’installent dans l’Hérault: Nadia-Byron-Pippen, Johan, Mickael, David, Yoann, Yezid, Sébastien

– Ils sont hors cadre familial, ont fait des formations agricoles, ils veulent créer leur emploi sur 1ha en maraichage. (N-B-P, Johan)

– Ils cultivent en bio, en respectant la terre, souvent avec des ânes, ont des envies de collectifs, de projets de vie, de se faire plaisir, d’expérimenter (N-B-P, Johan)

– Ils rencontrent des difficultés d’accès au foncier alors que « mathématiquement il y a de la place pour s’installer » :

– Pression foncière :

– spéculation et demande de logements l’exemple de Jacou / (Calvat)

– viticulture mécanisée (Mickael)

– Pas de moyens pour acheter ; (David, Byron, Jarrige)

– Non accès à l’information car transactions entre familles d’agriculteurs. (Jarrige)

– Pas de soutien de la Safer ni des organismes de la Chambre d’agriculture (Yezid, David)

– Terres pauvres nécessitant beaucoup d’année de préparation (Mickael) ou inondables (Yezid)

– Dureté du métier ou tout est à construire (Mickael, Johan)

– Peu rentable au départ (Mickael, Johan)

– Peu soutenu par les banques (Mickael, Johan)

– Ne sont pas dans un modèle productiviste (Serge Azaïs)

– Pas d’habitat sur place alors que c’est une nécessité , ou problème d’habitat léger. (Nadia)

– Problème du local de stockage (Michael, Johan)

– Pas forcement de soutien des mairies ou des habitants (Michael, Johan)

2 Les atouts de ces nouveaux paysans :

-Un respect de l’environnement : nappe phréatique, effet de serre, lutte incendie,… (Yézid, Johan) ;

-Une demande des habitants (maire de St gély du Fesc)

Le film peut s’arrêter là, à 34′

3 Des exemples de projets collectifs à suivre pour aider à l’installation :

3- Une commercialisation en circuit court et en vente direct : la vente en demi gros (Johan), les marchés (David, Yohan) et les Amap (Yézid, Mickael)

– La transformation une plus value (Yoan, Boutiques paysannes)

– Le collectif : exemple des boutiques de producteurs ;

– Le rôle des pouvoirs publics (Domaine de Viviers, place de l’agriculture dans le territoire, fiscalité des transactions)

– La terre , un patrimoine privé ou un patrimoine collectif ? l’exemple de la fiscalité aux Pays bas

– La sensibilisation des propriétaires qui partent à la retraite et le développement des fermages : La SCTL, un exemple de non spéculation foncière

– Des signes d’ouvertures avec des terres qui vont se libérer pour des petits maraichers.

Conclusion : Y’a de la place pour ces nouveaux paysans ;

Les politiques publiques doivent les encourager ;

C’est la fin d’une agriculture industrielle, place à une agriculture paysanne écologique et en circuit court. C’est possible !

Partie 2 30′

Avec la Participation

de Byron, Pepone et Nadia du collectif Champs Libres

Vincent Nourigat, de l’association Marchés paysans de l’Hérault,

de Dominique Soulier, Maud Vanlaer, Marianne, Mickael, Pierre Bodot des Boutiques de producteurs de Clermont l’Hérault et de St Gély

de Johan Crance de la coopérative de Consommateur l’Arbre à paniers

de Mickael Decker de l’Amap des Paniers du Pic

de Yézid Allaya de l’association Lutin Jardin,

de Georges Vincent, Maire de ST Gély du Fesc

de Renaud CalvatMaire de Jacou et Vice Président du Département de l’Hérault

de Françoise Jarrige, enseignante chercheuse Sup-agro

de Yoan Carensac et Frédéric Prunet du Gaec les Truels du Larzac

de Serge Azaïs, Viticulteur et président de Terres Vivantes

de David Lereu, maraîcher en Coeur d’Hérault,

Tournage :

Ahmed, Sandrine, Pascal G, Nadia, Byron, Pipone, Emmanuel, Samira,

Chantal, Vincent, Christel, Pascal B, Mossi

Réalisation et Montage

Pascal Biston

Avec le soutien de

Conseil départemental de l’Hérault, DDCS de l’Hérault, DRAC LRMP, Caf de l’Hérault,

Production

Les Ziconofages

Livret pédagogique

A propos de LA VIDÉO PARTICIPATIVE

Ce livret écrit à plusieurs mains en 2013-2014 est le le fruit de nos pratiques. Il doit se nourrir de nos nouvelles expériences et des vôtres et se lire un stylo à la main pour y poser vos annotations, réflexions, questions, illustrations…

Livret rectoLivret verso

Il est disponible à partir de 10€.

Livret Pédagogique : La Vidéo Participative Association Les Ziconofages : lesziconofages@free.fr  67, avenue de Lodève F-34070 Montpellier +33 (0)9 50 64 97 87
Responsable éditoriale : Christel Lescrainier pour Les Ziconofages ; Écriture : Christel Lescrainier, Mossi Soltan, Pascal Biston, Mélanie Crépin ; Corrections : Isabelle Biagiotti.
Conception graphique, mise en page et illustrations : Émilie Le Gulvout ; Police de caractère : Ubuntu.
Remerciements : Aux artisans du projet de mallette vidéo participative : Isabelle Biagiotti, Myriam Douls, David Dupont, Flavien Lafosse, Gilles Magnaudeix, Isabelle Poulain, Boris Roget, Thomas Tabus ;
Aux participants de la formation-action : Katel et Pierrot du Grand café de Camplong ainsi que tous les habitants de Camplong, les stagiaires : Mélanie Bouton, Thibault Cailloux, Mourad El Bane, Aziz Ellaghatt, Oscar Essomba, Marlène Journot, Nicolas Medjadj, Julien Pierre, Mouhoulisse Said, Pascale Ville

Jeudi 12 mai 2016 : « Un diner presque pas fait » au CIRAD

Aide alimentaire dans l’Hérault et représentation des bénéficiaires.

Cirad, Bâtiment 15, salle 2, 10h00 à 12h00

Dans le cadre des séminaires mensuels sur la sécurité alimentaire, le Cirad invite Les Ziconofages pour une projection-débat du film « Un diner presque pas fait ».

Projection et débat en présence des co-réalisateurs\trices, de l’association Les Ziconofages, de Dominique Paturel (INRA, UMR Innovation), et d’Emmanuelle Cheyns (Cirad, Umr Moisa).

Ce film collectif est une fiction qui aborde l’aide alimentaire (contenu des colis, lien social) et notamment l’accueil des bénéficiaires par les bénévoles associatifs. Les diffusions sont toujours accompagnées par celles et ceux qui l’ont réalisé afin de pouvoir compléter et enrichir les échanges avec les spectateurs. C’est aussi l’occasion de collecter auprès des professionnels, bénévoles et bénéficiaires les réflexions et les pistes d’évolutions possibles sur les sujets évoqués dans le film. La démarche de vidéo participative offre la possibilité de décloisonner les mondes et de permettre à des populations stigmatisées d’avoir la parole dans les prises de décisions qui affectent leurs vies.

CONSTATS, RÉFLEXIONS & PROPOSITIONS

Film et projection soutenus dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

Projection et débat sur les discriminations dans le cadre du festival Traversées de Lunel le 26 mars à 14h en partenariat avec Pécheurs d’images et Habiter Enfin!

Projection des films des Ziconofages et débat sur les discriminations dans le cadre du festival Traversées de Lunel  le 26 mars de 14 à 16h (Salle Castel, centre ville):

Leïla l’inlogeable, un film (fiction documentaire) qui retrace le parcours d’une mère célibataire et ses deux enfants et le mur des discriminations qu’elle doit affronter pour avoir accès à un logement, mur qu’elle franchit par une implication dans un collectif.

Leïla l’inlogeable », une œuvre collective sur le vécu discriminatoire de familles mal-logées.
Un film pensé et réalisé par le Collectif « Urgence Familles Mal-logées » et l’association Les Ziconofages. Il vise à mettre en visibilité les multiples blocages que ces femmes subissent au quotidien. Ce projet participatif souhaite interpeller tant les institutionnels en charge de la question du logement sur Montpellier, que l’ensemble des intermédiaires du logement.

BMP - 118.2 ko

« Vivant dans un studio avec ses trois enfants, Leïla multiplie les démarches pour trouver un logement décent pour sa famille. Malgré plus de 8 ans de demandes HLM et des recherches actives dans le privé, la situation ne change pas. »

Ce film reflète le quotidien de nombreuses familles mal-logées. En plus des difficultés économiques, elles subissent une réelle discrimination dans l’accès au logement jour après jour. Peu connue des pouvoirs publics, cette discrimination reste impunie. Les familles se retrouvent assignées à résidence dans des habitats inadaptés, alors même que le logement est un droit !

 

Le droit de vivre décemment, un documentaire réalisée avec le collectif des habitants de la Tour d’Assas à Montpellier. Toujours perçus comme immigrés alors qu’ils sont français, relégués dans des tours vouées à la démolition, las de vivre avec des familles de même orecole+logementigine ethnique, d’être déménagés de grands ensembles vers d’autres lieux identiques, des habitants se mobilisent et témoignent de cette injustice sociale.

Des films d’ateliers, réalisés par les collectifs Urgence Familles mal-logées et de la Tour d’Assas, qui montrent des citoyens en lutte pour l’égalité de traitement et la justice sociale. Des témoignages qui démontent les stéréotypes et demandent aux décideurs politiques et institutionnels d’agir pour les valeurs républicaines.

En partenariat avec l’association pêcheurs d’images et Habiter Enfin!

Une projection dans le cadre de l’action Outils vidéo participatifs (financement:  Conseil départemental de l’Hérault,  DDCS de l’Hérault, CAF de l’Héarult, DRAC LRMP, Ville de Montpellier

 

tour-assas-1

 

Politique sociale et précarité alimentaire

6 mois d’ateliers vidéo à Frontignan

Dans la continuité de notre travail sur l’aide alimentaire nous souhaitions compléter les deux précédents films « Un diner presque pas fait » et « L’Epso, une épicerie sociale et solidaire« .

Suite à une projection-débat, les volontaires de l’espace solidaire  M.Yunus à Frontignan nous invitaient à venir faire un film sur les ateliers collectifs et le regroupement de différentes associations d’aide alimentaire au sein d’un même lieu. Des ateliers ont débuté fin janvier pour imaginer un objet audiovisuel que nous réalisons collectivement.

Deux films sont réalisés une fiction et une interview.

« Train de vie« , fiction (10’20)
Quelques années de la vie d’une femme qui après un accident de la vie est tour à tour bénéficiaire puis bénévole dans un espace de solidarité.

« Paroles croisées d’usagers et d’élus sur les enjeux d’une politique communale d’action sociale« , interview (14’16)
Des élus répondent à chaud et sans filet au témoignage sensible de personnes vivant une précarité, usagers de l’aide alimentaire ou de lieux de solidarité.

Films réalisés en partenariat avec l’espace solidaire M.Yunus dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Département de l’Hérault, le CGET, la DRAC, la CAF de l’Hérault.

Écriture du film janvier à mars 2016

Atelier frontignan1

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Tournage 4 et 5 avril 2016

 

 

 

Mercredi 20 janvier au Bar à Photo, Projection débat du film Luttopia vivra

LUTTOPIA VIVRA

PROJECTION-DÉBAT

MERCREDI 20 JANVIER AU BAR A PHOTO  ( 29 ter rue Lakanal)

En partenariat avec Le Bar à photo, nous vous invitons à la première projection-débat publique de « Luttopia vivra » autour du thème du droit au logement et du vivre-ensemble avec nos différences.

Des habitants du squat Luttopia 02 ont fait appel aux Ziconofages pour filmer et raconter eux-mêmes leur propre histoire, leur propre réalité.Suite à plusieurs ateliers un film est né, « Luttopia vivra ». Les co-réalisateurs\trices présenteront leur travail lors de cette soirée.

Deux séances (10 min. de projection suivi d’un débat) seront proposées à 18h30 et 20h00.
A cette occasion, un duo de soupes vous sera proposé en complément des boissons habituelles.

Synopsis:
Des habitants du squat Luttopia à Montpellier racontent 24h dans ce lieu de vie collectif. Ils témoignent  de la solidarité et de la fraternité qui existent dans un monde qui n’est pas fait pour les plus démunis…A quoi sert le squat Luttopia, qui sont ses habitants et qu’est ce qu‘il apporte à leur vie ?

Image luttopia

Sortie de résidence & projection-débat

SAMEDI 23 JANVIER ,14h, Clermont l’Hérault

THÉÂTRE LE SILLON

Le réseau Urbsicopie et le Théâtre Le Sillon à Clermont l’Hérault vous invitent, samedi 23 janvier à partir de 14h à la présentation d’une étape de travail du projet de création France profondede la Cie la Grosse situation.
Après une phase de recherche d’un an qui les a conduit au Salon de l’Agriculture à ParisFrance-profonde-La-Grosse-situation1, à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dans le lotissement St-Martin de Paulhan…, les comédiennes vont, lors de leur résidence de création au Sillon, faire le point sur le chemin parcouru et commencer à imaginer la forme du spectacle. La Première pression sera l’occasion pour elles de partager cette phase du travail avec le public: réflexions, notes, matières brutes… les prémisses d’un spectacle qui verra le jour en 2017 !

Et aussi ! La Première pression sera suivie d’une projection-débat sur le thème de l’agriculture, proposée par Les Ziconofages (association membre du réseau Urbiscopie) et les co-réalisateurs\trices autour des extraits du film en cours de réalisation.
Affiche jeunes agriculteurs
Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.

La vidéo participative au Cinémed

Les films Citoyens de seconde zone? (Journal de 2 mois de lutte, Le droit de vivre décemment)  et Un dîner presque pas fait ont été retenus pour être présentés dans la section « Filmer en région » du 37e Cinemed – Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier.

Les 3 films portent sur les inégalités de traitement à Montpellier et ont été co-réalisés par des habitants et les Ziconofages.

Venez nombreux\ses aux 2 projections-débats sur l’aide alimentaire, les discriminations au logement et à l’école !

Lire l’article du Midi libre sur les films

Mardi 27 octobre à 19h, Cinéma Utopia (arrêt tram St Eloi)

Jeudi 29 octobre à 16h, salle Rabelais (arrêt tram comédie ou corum)

Ces films ont été réalisés dans le cadre du projet Outils Vidéo participatifs financés par le Conseil Départemental de l’Hérault, la DDCS (ACSE), la DRAC, la CAF de l’Hérault, la Ville de Montpellier.

tour-assas-1
Le droit de vivre décemment
PB_Image1
Journal de 2 mois de lutte
Affiche un diner 2
Un dîner presque pas fait

Extrait de le Droit de vivre décemment:

Bande annonce de le Droit de vivre décemment:

Extrait du Journal de deux mois de lutte :