Archives pour la catégorie Liens Hommes Territoires

BREST : forum de l’aide alimentaire 22-23 septembre

L’équipe du film « Un diner presque pas fait » est invitée à présenter son travail et à partager son expérience lors d’un forum de l’aide alimentaire organisé à Brest.

Pour celles et ceux, finisteriens-nes, qui souhaitent rencontrer une partie de l’équipe des Ziconofages, venez nous voir, c’est avec plaisir que nous échangerons autour d’une bolée ou d’un café.

Vendredi 22 septembre
Place des machines Ateliers des capucins (Brest Finistère)

14h30-16h30 ~ Table ronde

BIEN MANGER LORSQU’ON A RECOURS A L’AIDE ALIMENTAIRE : EST-CE POSSIBLE ?
Penser l’aide alimentaire par le biais de l’équilibre, quels enjeux, quelles       implications de la part des actrices et acteurs? 

Le programme complet des 2 jours est téléchargeable ici.

 

Projections rencontres « s’installer paysan» les 6 et 12 septembre / Mois de la transition agroécologique

Lors du mois de la transition agroécologique, venez voir et échanger sur 2 projections-rencontres de notre film « s’installer paysan sans terre et sans capital » en septembre :
– le mercredi  6 septembre (19h)  à Assas au domaine de Cassagnole  lors d’une visite (19h) et projection à la ferme (21h) chez Dominique Sabatier, Vigneron.
– le mardi 12 septembre 20h au cinéma Utopia, à Montpellier.

Mois Transition Agroecologique
Lors de ces deux projections, des paysans, des chercheurs, des associations de développement culturel locales, co-réalisateurs de ce film seront présents.

Ces deux rencontres sont programmées  dans le cadre du mois de la transition agroécologique, avec près de 50 manifestations ouvertes à tous, pour produire autrement et mieux manger.  Les associations Alternatiba, BÉDÉ, Marchés paysans pour Inpact Occitanie, Nature & Progrès 34, les Semeurs de jardins LR et Terre & Humanisme ont organisé ce mois de l’agroécologie.

Les partenaires du film sont le collectif de la ferme urbaine de la Condamine, l’association Marchés paysans de l’Hérault, la Boutique de producteurs de Clermont l’Hérault, le Conseil départemental de l’Hérault, la CGET, la DRAC Occitanie,  la Caf de l’Hérault

 

S’installer paysan, sans terre et sans capital

Film documentaire, 1h04, 2016, production les Ziconofages

En extrait, le début du film :
https://youtu.be/hz3TIUnEfDA

Devant et derrière la caméra, une nouvelle génération d’agriculteurs\trices témoigne, rencontre chercheurs et élus et réfléchit à une nouvelle (et nécessaire) agriculture.

Synopsis :

De la difficulté de s’installer en tant que jeunes paysans sans capital de départ et sans être héritier de la terre. Nadia, Byron, Pipone qui expérimentent sur un jardin proche de Montpellier et sont à la recherche de terre, vont à la rencontre d’autres paysans, déjà installés pour échanger sur la réalité d’aujourd’hui.

Dans une seconde partie, des exemples de projets collectifs montrent que des solutions existent et qu’elles doivent être valorisées et étendues.

Note d’intention : Pourquoi le film ?

– On est tous lié de prêt ou de loin à l’agriculture. On veut montrer que cette nouvelle agriculture, locale, non industrielle, respectueuse de l’environnement et des consommateur est viable et légitime.

– Beaucoup de jeunes sont en cours d’installation tout en étant au RSA, en galère, à la recherche de terre et souhaitent avoir un appui.

– Le film vise à déconstruire les préjugés sur ces nouveaux paysans : « ils n’ont pas d’expérience », « ce n’est pas rentable », « ils ne nourriront pas la planète »…

– Il est urgent de répondre à la question quels choix agricoles pour se nourrir sainement et localement ?

– Diffuser des idées, sensibiliser : sur la question du retour à la terre « une petite solution à un grand problème », sur une autre manière de vivre, gagner peu mais être heureux, refuser et dénoncer la situation des maraîchers aujourd’hui qui travaillent 70h/ semaine pour gagner 300€ ou 400€ par mois.

– La diffusion du film pourrait ouvrir vers des gens qui ont de la terre et créer un autre réseau que celui de la Safer.

– Pourquoi beaucoup de jeunes veulent retourner à la terre, à la ruralité. Comment s’y prennent-ils ?

– Porter un regard extérieur sur le groupe en maraîchage.

– Montrer que le terrain est à la fois un terrain agricole et un terrain de loisir « c’est chouette d’avoir notre petit bout de campagne », montrer que c’est une aventure collective.

– Le film est pour nous l’occasion de mener une réflexion, trouver une ligne directrice à notre projet.

– sensibiliser les propriétaires

Partenaires : le collectif de la ferme urbaine de la Condamine, l’association Marchés paysans de l’Hérault, la Boutique de producteurs de Clermont l’Hérault, le Conseil départemental de l’Hérault, la CGET, la DRAC Occitanie,  la Caf de l’Hérault

 

 

 

27/04 Forum La solidarité alimentaire de proximité : un vecteur d’émancipation? par le SPF et le Leris,avec le film s’installer paysan

Le Secours populaire français et le LERIS (Laboratoire d’Etude et Recherche sur l’Intervention Sociale), dans le cadre de la recherche-action « La solidarité alimentaire de proximité : un vecteur d’émancipation? propose un forum auquel nous sommes associés avec la projection du film s’installer paysan (la version courte).

Les comités du SPF engagés dans la recherche-action mènent des actions expérimentales autour du maraîchage, de la cuisine, des marchés de producteurs dans le cadre des épiceries sociales, du glanage, de la transformation… Ils essayent de développer des liens avec des paysans et d’avoir une action d’éduc pop sur les questions alimentaires.

Toutes personnes intéressées par les questions d’accès à l’alimentation durable, de solidarité et de consommation en circuits courts sont invitées à participé au forum !

Jeudi 27 avril 2017 – de 14h00 à 21h00, salle de la Lauze, 35 Rue Saint-Exupéry, 34430 Saint-Jean-de-Védas / (projection du film 19h)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PARTICIPER, OUI MAIS POUR QUOI FAIRE?

Le réseau URBISCOPIE organisait le 23/02/17 à La Tendresse, le FORUM #2 – « La participation des habitants dans la fabrique de la ville ».

Vous trouverez ici le COMPTE_RENDU_GENERAL_FORUM_URBISCOPIE_FINAL

Dans la continuité du forum organisé par Urbiscopie en 2016, ce « forum ouvert » vise à ouvrir un espace d’échanges et de réflexion pour les acteurs de la participation, qu’ils soient professionnels, habitants, fonctionnaires publics, élus ou militants.
La question de la participation traverse aujourd’hui l’ensemble des secteurs de l’action publique. Usagers, citoyens, habitants… « tous » sont invités à participer, dans le cadre d’instances plus ou moins formelles, dans le but de co-construire les réponses publiques aux besoins sociaux, mais aussi de nourrir la cohésion sociale. Cette ère de la participation concerne l’ensemble des acteurs : collectivités locales et services de l’état, associations nationales et associations locales, coopératives… Hors, malgré tout l’intérêt que peuvent avoir nombre de ces expériences, les formes de participation « sur invitation » rencontrent de nombreuses limites comme l’ont montré les travaux sociologiques sur le sujet. Elles se heurtent notamment à la reproduction des inégalités politiques et à l’absence d’influence sur les décisions. Dans le même temps une multiplicité de démarches émergent sur les territoires de manière spontanée, à l’initiative d’habitants et/ou d’organisations qui s’emparent d’un enjeu et expérimentent des formes d’actions collectives.. Ces expériences de participation constituent un élan démocratique certain, mais peinent souvent à obtenir une reconnaissance. À une échelle plus large, l’ère de la participation entre en écho avec un contexte de forte crise politique, marquée par une défiance grandissante vis-à-vis de la classe politique et des institutions, et par la montée du populisme. On oscille donc de manière presque schizophrénique entre le « tout participatif » et la « crise de démocratie », renforcée par l’accroissement des inégalités sociales. Si bien que la question suivante se pose : participer, oui mais pour quoi faire ?
Nous avons souhaité au cours de cette journée interroger les manières de faire et de penser la participation à partir des idées et des expériences concrètes des participants, pour l’envisager comme un vecteur d‘accès au politique pour les citoyens, de développement du pouvoir d’agir des personnes et de changement social, à l’échelle individuelle et collective.
« Un parcours de participation qui n’est pas producteur de droits nouveaux mérite-t-il vraiment son nom ? ». G. Allegretti (2011)

ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’ÉDUCATION DANS LES QUARTIERS POPULAIRES

SOUTIEN:

Vendredi 24 mars (Pierres Vives) et samedi 25 mars (Lycée Jean Monnet) :

Le collectif de parents du Petit-Bard Pergola à Montpellier et différents collectifs nationaux de parents vous invitent aux États généraux de l’éducation dans les quartiers populaires.

Le programme complet des 2 journées et soirées.

Vendredi, projection de film : « Journal de 2 mois de luttes au Petit Bard-Pergola » avec le Collectif des parents d’élèves des écoles du Petit Bard-Pergola

Synopsis :
Un film qui jour après jour, semaines après semaines, retrace les actions quotidiennes et les réflexions de femmes parents d’élèves. Elles n’ont eu de cesse de rappeler durant ces semaines de mobilisation qu’elles voulaient que les lois de la république soient appliquées pour elles, leurs enfants mais aussi pour leur famille et pour tous les habitants de France.

Extrait semaine 4:

Note d’intention :
Suite à la sollicitation de Cesam Migration Santé et des enseignants, nous avons rencontré un groupe de parents délégués des écoles du groupe scolaire Petit Bard, qui interpellent les pouvoirs publics pour exiger de la mixité sociale dans les écoles de leurs enfants. Ils voulaient un appui technique pour faire des films et raconter leur vision de l’école. Une quinzaine de parents d’élèves (des femmes) ont participé à une formation action (tournage et montage) autour des actions qu’elles filmaient quotidiennement.
Des films courts étaient réalisés chaque semaine et mis en ligne sur leur youtube et facebook.

Contacts :
Collectif des parents d’élèves, ecolespetitbard@gmail.com, Christel Lescrainier, les Ziconofages 06 03 12 29 48.

Projections rencontres « s’installer paysan sans terre et sans capital » 28, 30 mars et 2 avril

Plus d’infos sur le film ici: http://lesziconofages.org/2016/07/sinstaller-paysan/

Le film est présenté 4 fois dans les deux mois qui viennent:
– le mardi 28 mars (19h)  à Lodève; à la salle du conseil de la communauté de communes,1 place Francis Morand, 34700 Lodève (c’est derrière la mairie et la cathédrale, le lieu est aussi appelé « immeuble barral »)

En collaboration avec la Communauté de communes du Lodévois Larzac, le réseau Urbiscopie et le théâtre du Sillon. Avec la participation des Boutiques de producteurs de Lodève et de Clermont l’Hérault, de marchés paysans de l’Hérault.

 

 

 

 

 

 

 

– le dimanche 2 avril à Assas, salle des Crouzets, à 14h30, en partenariat avec Pic Assiette, Mélendo, le réseau Urbiscopie,  le collectif des garrigues, de 2 choses lune.

Lors de ces deux projections,  à Assas et à Lodève, des producteurs locaux, des chercheurs, des associations de développement culturel locales, et des élus seront présents.

En parallèle des projections-rencontres, la compagnie de théâtre la Grosse Situation interpelle notre rapport au sol, à la terre, à l’implantation en amont de ses projections, samedi 18 et dimanche 19 mars à 15h, sous chapiteau sur le parking de la cave coopérative d’Octon, et le 2 avril à 11h à Assas et qu’un repas 100% à partir de produits locaux est proposé. Reservation : http://www.rencontresdesculturesenpicsaintloup.fr/?event=journee-lagriculture-en-questions

En extrait, le début du film :

Actualisation: Le film est présenté aussi le 30 mars à 18h30 à la Casa Bondels, 34 rue St Guilhem à Montpellier  avec le collectif Champs libres et l’association la Cagette.

Actualisation : Le film a été présenté  le  mercredi 1er mars (18h00) à l’AG de Marchés paysans 34, partenaires du film.  A Clapiers.,salle jean Louis Barrault

Outils vidéo participatifs et les projections rencontres sont une action des Ziconofages financée par le CGET, le Conseil départemental de l’Hérault, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault.

Quel accès à l’alimentation pour les étudiants?

FESTIVAL DE LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DU 27 MARS AU 7 AVRIL UNIVERSITÉ PAUL-VALÉRY

Les Ziconofages proposent des temps d’échanges et de réflexions pour améliorer l’accès à l’alimentation à l’université Paul Valéry. Nous organisons cet événement en partenariat avec la Maison des étudiants et la mission égalité de l’université Paul Valéry.

FILMS EN COURS DE RÉALISATION, nous créons des films courts, co-réalisés par et avec des étudiants. La vidéo, utilisée comme outil de médiation, doit permettre d’entendre la parole des étudiants sur cette question.

Cafétéria du Crous à l’université Paul Valéry

Du 6 au 27 mars (info et contacts pour nous rejoindre lesziconofages@free.fr)

MUR DE PAROLES, nous animerons un mur à palabres au Restau U pour recueillir d’autres paroles; n’hésitez à venir échanger avec nous et déposer votre témoignage aussi ces jours là!

Le lundi 27, Mercredi 29 mars à partir de 11h30 et le lundi 3  à coté de l’un des distributeur de boissons, snack.

PROJECTION – DÉBAT-RÉFLEXIONS, les films et les paroles recueillies ouvriront une demi-journée de sensibilisation et de réflexion à laquelle seront associées les institutions, associations et étudiant-e-s.

 Lundi 3 avril 15h à 18h (salle Camproux Université Paul Valéry, entrée libre)

14 mars 18h, au Diagonal, Le droit de vivre décemment / des photos de la projection rencontre du 20 février et une rencontre radio

120 personnes pour voir et échanger avec les habitantes de la Tour d’assas et les différents partenaires associatifs, autour de leurs films:  le Droit de vivre décemment, acte 1 et 2)   le 20 février, Combien serons-nous au Diagonal le 14 mars à 18h ?

Attention, c’est la dernière projection programmée pour le moment. Ne la ratez pas!

Pour voir les synopsis et des extraits des films, c’est ici: http://lesziconofages.org/2017/02/le-droit-de-vivre-decemment-actes1-et-2/

 

 

 

 

En attendant la projection, tendez vos oreilles sur radio divergence; un reportage de Lucie Charbonnier:

Divergence-fm.org/article.php?id=1514

Le droit de vivre décemment, Actes 1 et 2

Le droit de vivre décemment, Actes1 et 2

films documentaire co-écrits et co-réalisés avec

le collectif des habitant(e)s de la Tour d’Assas

et les Ziconofages

avec la participation d’Habiter Enfin ! du Fuiqp, de Divergence, du journal le d’Oc

Un premier film documentaire de 16′,acte 1, 2015.

Toujours perçus comme immigrées et reléguées dans des tours vouées à la démolition, las de vivre avec des familles de même origine ethnique, d’être déménagés de grands ensembles vers d’autres lieux identiques, des habitant(e)s de la Tour d’Assas à Montpellier se mobilisent et témoignent de cette injustice sociale.

Un second film documentaire de 22‘,acte 2, 2017.

La Tour d’Assas n’est plus entretenue depuis des années puisqu’elle va être démolie. Alors les conditions de vie se dégradent, tandis que le bailleur social Acm, la Métropole et l’État se renvoient la balle. Notre collectif d’habitant(e)s se révolte encore : « nous on vit (mal) dedans ! On est là ! Arrêtez de nous oublier ! »

Outils vidéo participatifs et les projections rencontres sont une action des Ziconofages financée par la CGET, le Conseil départemental de l’Hérault, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault.

Un extrait de l’acte 1:

Note d’intention :

Voir aboutir notre demande :

avoir un logement sécurisé, décent et salubre immédiatement

– être relogé dans un quartier mixte pour ceux qui le désirent

– acter la destruction (ou réhabilitation totale) de la Tour pour être reconnus prioritaires.

Arrêtez de nous oublier!!!!

Contexte du film :

Contexte du film :

La tour d’Assas a 50 ans, c’est un IGH (Immeuble de Grande Hauteur, 76m, le plus grand bâtiment de la ville de Montpellier. Elle comporte plus de 130 appartements dont 99 sont encore occupés. Elle est propriété du bailleur social ACM Habitat, qui détient 90 % des logements sociaux de la Ville. Elle n’est pas entretenue, car, elle va être détruite…

Les rencontres avec les responsables des collectivités territoriales font entrevoir une décision pour dans 2 ans ; trop long pour des habitants qui se mobilisent à nouveau depuis 1 mois et demi : manifestation, rencontres avec des responsables, réalisation d’un film participatif avec notre association, Habiter enfin !Le Fuiqp, le journal le d‘Oc et Divergence.

Tous les jeudis matin au centre social Caf de la Paillade, des ateliers audiovisuels réunissent donc des habitant(e)s de la Tour d’Assas (et du quartier) et les associations partenaires pour réfléchir et réaliser des Outils vidéos débats sur la situation des locataires de cette Tour, préparer des rencontres, sensibiliser et agir face aux discriminations et aux conditions de vie humiliantes et dangereuses.

Outils vidéo participatifs et les projections rencontres sont une action des Ziconofages financée par la CGET, le Conseil départemental de l’Hérault, la DRAC Occitanie, la CAF de l’Hérault.